Tensions avec la Mauritanie: le Mali interdit les mouvements de civils en zone frontalière

AFRICA RADIO

13 mars 2022 à 15h06 par AFP

Les autorités maliennes dominées par les militaires ont annoncé dimanche interdire la circulation de civils dans la zone frontalière avec la Mauritanie, où ont disparu un certain nombre de Mauritaniens début mars.

Elles ont aussi annoncé l'ouverture d'une enquête par le tribunal militaire de Bamako. Ces disparitions, deux mois après la mort de sept Mauritaniens sur le territoire malien début janvier, ont provoqué la crispation de la Mauritanie au moment où la junte malienne, sous pression internationale, tâchait de renforcer les liens avec sa voisine. La Mauritanie a ouvertement accusé l'armée malienne "d'actes criminels récurrents" contre ses ressortissants. Le Mali a dépêché vendredi et samedi une mission en Mauritanie pour tenter d'apaiser Nouakchott. Les deux pays sont convenus de créer une mission conjointe chargée d'élucider les disparitions, indique un communiqué commun publié samedi. Le Mali partagera "dans les meilleurs délais" les fruits de l'enquête qu'il avait promise après les morts de janvier et dont les résultats se font toujours attendre, à la grande frustration mauritanienne. Les deux pays se sont entendus pour instaurer des patrouilles communes dans la zone frontalière. Le porte-parole du gouvernement malien, le colonel Abdoulaye Maïga, a annoncé dimanche dans un communiqué que "les autorités militaires (avaient) décidé d'interdire strictement toute circulation de personnes civiles dans les zones de la forêt de Wagadou et de la forêt de Gringalé", dans le secteur où ont disparu les Mauritaniens. Cette zone est le théâtre d'activités militaires dans le cadre de l'opération Maliko lancée en décembre contre les jihadistes, dit le communiqué. Ce dernier insiste sur le fait que l'armée malienne n'a rien à voir avec les disparitions, comme Bamako le maintient depuis le début. "Sur la base de preuve matérielle technologique, il s'avère qu'aucune patrouille des FAMas (Forces armées maliennes) n'était présente dans la zone et aux dates indiquées et jusqu'à présent aucune preuve matérielle ne permet d'incriminer nos vaillantes FAMas", dit-il. De son côté, le procureur auprès du tribunal militaire de Bamako a annoncé dans un communiqué l'ouverture d'investigations menées par les gendarmes. Le communiqué ne fait pas apparaître clairement si ces investigations portent sur les seuls évènements de mars, ou aussi ceux de janvier, sur lesquels les autorités avaient promis d'enquêter. Le Mali est pris dans la tourmente sécuritaire depuis 2012. En plus des agissements des groupes armés affiliés à Al-Qaïda et à l'organisation Etat islamique, des violences intercommunautaires et des actes crapuleux, l'armée est régulièrement accusée d'exactions.