Tunisie: Washington "profondément préoccupé" par la dissolution d'un organe judiciaire

AFRICA RADIO

7 février 2022 à 20h21 par AFP

Les Etats-Unis se sont dits lundi "profondément préoccupés" par la décision du président tunisien Kais Saied de dissoudre le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) et par la fermeture du siège de cet organe.

"Une justice indépendante est un élément crucial d'une démocratie efficace et transparente. Il est essentiel que le gouvernement de Tunisie tienne ses engagements à respecter l'indépendance de la justice conformément à la Constitution", a dit le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price. Le président tunisien a annoncé dans une vidéo la dissolution du CSM, qu'il accuse de partialité, de corruption et d'avoir notamment ralenti les enquêtes sur les assassinats en 2013 de deux militants de gauche. Le CSM, créé en 2016, est une instance indépendante chargée de nommer les juges. Il est composé de 45 magistrats, pour les deux tiers élus par le Parlement et qui désignent eux-mêmes le tiers restant. "Les postes et les nominations se vendent et se font selon les appartenances", a accusé M. Saied, en affirmant que "certains magistrats ont pu recevoir" de grosses sommes d'argent en contrepartie. Le CSM a rejeté la dissolution "en l'absence d'un cadre juridique et constitutionnel autorisant" le président à le faire et a annoncé que "ses membres continuer(aient) à siéger". La police tunisienne a toutefois fermé lundi le siège de l'instance. "Les Etats-Unis réitèrent leur appel à un processus accéléré de réforme politique en Tunisie" qui assurerait "le respect continu des droits humains", a ajouté Ned Price.