Afrique du Sud: des centaines de succulentes menacées d'extinction

AFRICA RADIO

27 juillet 2022 à 16h51 par AFP

Le réchauffement climatique et les collectionneurs de plantes rares sont en train de décimer les plantes succulentes en Afrique du Sud, ont alerté mercredi des chercheurs, avertissant que des centaines d'espèces étaient en danger d'extinction.

Selon l'Institut national sud-africain de la biodiversité (SANBI), un organisme public de recherche, les plantes succulentes qui poussent dans les régions semi-arides du pays connaissent un déclin sans précédent à la suite d'une augmentation rapide de la demande mondiale de plantes de collection, stimulée par l'Asie. "Ces trois dernières années, les végétaux confisqués aux trafiquants de plantes par les forces de l'ordre ont augmenté chaque année de plus de 250%", affirme l'institut dans un communiqué. Plus de 200 succulentes --souvent des plantes chatoyantes, aux feuilles épaisses qui retiennent l'eau pour survivre à des conditions climatiques sèches-- ont été ajoutées à la liste rouge des espèces menacées de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), mise à jour la semaine dernière. Les espèces uniques qui poussent dans le Karoo, une écorégion partagée entre l'Afrique du Sud et la Namibie, qui comprend certaines des zones désertiques et semi-désertiques les plus riches en biodiversité au monde, sont particulièrement recherchées, précise le rapport. "La plupart des gens qui les achètent n'ont aucune idée qu'ils enfreignent la loi", souligne Craig Hilton-Taylor, responsable de l'élaboration de la liste rouge à l'UICN. "Ignorants ou naïfs, ils se disent juste que cette plante sera jolie dans leur maison ou leur jardin". La région souffre aussi d'une sécheresse grave depuis une dizaine d'années. "La collecte illégale, les sécheresses à long terme liées au changement climatique et la dégradation continue des terres en raison du surpâturage du bétail et de l'exploitation minière créent ensemble une tempête dévastatrice qui entraîne une perte de biodiversité sans précédent dans l'écosystème désertique le plus riche du monde", a-t-il ajouté.