Algérie: des journalistes d'El Watan dénoncent "une violation du droit de grève"

AFRICA RADIO

18 septembre 2022 à 10h36 par AFP

Une cinquantaine de journalistes du quotidien francophone algérien El Watan, menacé de fermeture après 31 ans d'existence, ont dénoncé dimanche une "violation du droit de grève" de la part des dirigeants du journal.

"Nous, journalistes-salariés d'El Watan, sommes scandalisés par le comportement irresponsable de la direction qui a tenu à faire paraître le journal en dépit du fait que le personnel ait décidé de reprendre son mouvement de grève", écrit le collectif dans une pétition. L'édition de samedi a été confectionnée par les actionnaires du journal qui ont "brisé" la grève, poursuit le collectif. Les 150 employés d'El Watan, qui n'ont pas été payés depuis sept mois, ont entamé le 12 juillet une grève de deux ou trois jours chaque semaine, réclamant leurs salaires tout en disant lutter pour la survie d'El Watan. Cités par les médias algériens, les actionnaires du journal justifient la situation par le fait que tous les comptes de l'entreprise sont bloqués à cause d'un litige avec l'administration fiscale et la banque. "La direction, plutôt que de se montrer réceptive aux revendications des salariés, a préféré le langage de la défiance et de la violence comme moyen de dépassement de la crise", a dénoncé le collectif dans la pétition publiée dimanche. Les journalistes "se réservent le droit de saisir la justice pour garantir leurs intérêts", a-t-il ajouté. Les turbulences autour du sort de l'un des titres les plus connus en Algérie interviennent cinq mois après la parution du dernier numéro du quotidien francophone Liberté. Son propriétaire, le richissime homme d'affaires Issad Rebrab, avait pris la décision de le liquider, peu avant de se retirer de la direction de son groupe Cevital (agro-alimentaire, industrie, services) au profit de ses enfants. Après avoir connu l'euphorie lors de l'ouverture du paysage médiatique au secteur privé à la fin des années 1980, l'Algérie a vu disparaître ces 20 dernières années des titres comme Le Matin, La Tribune ou l'hebdomadaire la Nation, notamment par manque de revenus publicitaires ou en raison d'une chute de leurs ventes. Ces publications s'étaient illustrées par leur liberté de ton et leur critique du pouvoir. L'Algérie figure à la 134e place (sur 180) du classement mondial de la liberté de la presse 2022 établi par l'ONG, Reporter sans frontières (RSF).