Allemagne: un Somalien jugé pour une attaque au couteau meurtrière

AFRICA RADIO

22 avril 2022 à 11h36 par AFP

Un jeune Somalien souffrant apparemment de troubles psychologiques est jugé à partir de vendredi pour une attaque au couteau perpétrée l'an passé à Wurtzbourg, dans le sud de l'Allemagne, qui avait fait trois morts et plusieurs blessés.

Après avoir envisagé un motif "islamiste", le parquet avait demandé le placement en hôpital psychiatrique du suspect de 25 ans peu de temps après les faits. Ce dernier souffrirait en effet d'une schizophrénie paranoïde, ce qui pose des questions sur sa responsabilité pénale. En conséquence, le procès, qui s'est ouvert à Veitshöchheim (sud) et doit durer jusqu'à fin septembre, ne vise pas une peine d'emprisonnement, mais un placement durable dans un centre psychiatrique, selon les procureurs. Le 25 juin 2021, l'agresseur, pieds nus et armé d'un long couteau de cuisine, avait attaqué successivement 10 personnes, les touchant pour certaines à la tête et au cou, dans un grand magasin de la cité bavaroise, en fin d'après-midi. Trois femmes étaient décédées sur le coup, les autres victimes avaient été blessées, pour certaines grièvement. L'assaillant avait été arrêté sur la voie publique, peu après les faits, et alors que des passants avaient tenté d'intervenir pour le stopper. Disposant d'un titre de séjour en Allemagne, le Somalien arrivé dans le pays pendant la crise migratoire de 2015 avait déjà eu eu maille à partir avec la justice et fait des séjours en hôpital psychiatrique. L'attaque meurtrière avait choqué l'Allemagne, déjà frappée à plusieurs reprises par des attaques jihadistes. Alors que les responsables politiques, en pleine campagne pour les élections législatives, avaient appelé à ne pas tirer de conclusions hâtives après le drame, le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD) avait vu dans cette attaque "une nouvelle preuve de l'échec de la politique migratoire" de l'ancienne chancelière Angela Merkel (2005-2021). L'Allemagne a accueilli entre 2015 et 2016 plus d'un million de demandeurs d'asile, dont beaucoup fuyaient les conflits en Syrie et en Irak.