Au Mali, une ministre allemande exige une enquête sur des "atrocités"

AFRICA RADIO

9 avril 2022 à 20h21 par AFP

La ministre allemande de la Défense Christine Lambrecht a exigé samedi, lors d'un déplacement au Mali, une enquête sur des "atrocités" commises fin mars à Moura (centre), renouvelant ses doutes quant au maintien de l'engagement militaire allemand dans le pays.

La junte militaire au pouvoir à Bamako affirme avoir "neutralisé" 203 jihadistes fin mars à Moura (centre) là où des témoignages, recueillis par la presse ou l'ONG Human Rights Watch (HRW), font état de l'exécution en masse de civils par l'armée malienne. Mme Lambrecht a exigé samedi une enquête "complète et transparente" sur ces faits. La question se pose notamment de savoir "si c'est ce régime que nous voulons soutenir", a déclaré Mme Lambrecht après une rencontre avec des soldats allemands à Gao (nord), selon des déclarations transmises par son ministère. "Nous voyons que les soldats maliens sont formés de manière formidable par des soldats allemands hautement motivés et qualifiés, et qu'ils partent ensuite en mission avec ces capacités, par exemple avec des forces russes, voire avec des mercenaires", a ajouté la ministre social-démocrate. "Et la question se pose alors de savoir si cela peut être compatible avec nos valeurs, surtout si nous devons ensuite assister à des atrocités comme à Moura", a-t-elle poursuivi. La France et les Occidentaux dénoncent l'appel fait, selon eux, par les autorités maliennes au groupe de sécurité privée russe Wagner, aux agissements controversés. Les autorités maliennes assurent ne pas recourir à des mercenaires et parlent de coopération d'Etat à Etat avec la Russie. L'Allemagne avait déjà indiqué ces dernières mois qu'elle allait réévaluer le maintien de la mission de ses soldats au Mali, notamment depuis l'annonce, en février, du retrait français du pays. L'armée allemande est actuellement engagée à travers deux missions: 328 soldats participent à la Mission de formation de l'Union européenne au Mali (EUTM), et 1.170 soldats à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma). La question centrale est en outre de savoir qui exploitera à l'avenir l'aérodrome de Gao à la place de la France, a souligné samedi la ministre allemande. En mai, les députés du Bundestag doivent décider si la Bundeswehr poursuivra ou non ces deux engagements.