Centrafrique: plusieurs centaines de manifestants contre un changement de la Constitution

AFRICA RADIO

27 août 2022 à 16h06 par AFP

Environ 300 personnes se sont réunies samedi à Bangui à l'appel d'une vingtaine de partis politiques et de représentants de la société civile pour manifester contre une modification de la Constitution en Centrafrique, a constaté une journaliste de l'AFP.

Le président centrafricain Faustin Archange Touadéra a signé vendredi un décret créant un comité chargé de rédiger un projet de nouvelle Constitution. L'actuelle loi fondamentale limite à deux le nombre de mandats présidentiels. M. Touadéra, élu en 2016, a été réélu en 2020 au terme d'un scrutin contesté par l'opposition. "Non à la manipulation", "Non à la dictature" ou encore "Non au kpou na kpou" ("mandat éternel" en sango, la deuxième langue nationale), ont scandé les manifestants qui se sont réunis à l'appel du Bloc républicain, une coalition d'une vingtaine de partis politiques de l'opposition et de membres de la société civile. Les manifestants se sont rassemblés sur un terrain vague à proximité de l'aéroport de Bangui, malgré une forte pluie qui a provoqué dans la matinée des inondations dans certains quartiers de la capitale. "L'objectif de cette manoeuvre est de faire sauter les verrous limitant à deux mandats présidentiels pour être président à vie", a déclaré lors du rassemblement Martin Ziguélé, ancien Premier ministre, aujourd'hui député de l'opposition. "Le peuple a d'autres problèmes", a poursuivi M. Ziguélé, arrivé troisième à la présidentielle de 2020. -"Dictature"- "Nous sommes en train de connaître une grande dictature dans notre pays. Nous avons une Constitution qui sur le plan technique ne pose aucun problème", a déclaré à l'AFP Roland Sylvestre Dawa, un militant du Bloc démocratique pour la reconstruction de Centrafrique (BDRC). Depuis plusieurs mois, les autorités ont organisé des manifestations en faveur d'une modification de la Constitution. "De plus en plus de voix s'élèvent pour exiger une modification de la Constitution", avait affirmé le 12 août le président centrafricain. "Je vous ai écoutés. Je prends acte de vos sollicitations pressantes qui me sont parvenues de partout réclamant une nouvelle Constitution", avait déclaré M. Touadéra. Le 6 août, plus d'un millier de manifestants s'étaient rassemblés à Bangui pour demander la tenue d'un référendum pour modifier la Constitution, adoptée en 2016. Certains manifestants avaient été payés pour y participer, avait constaté une journaliste de l'AFP. Le Mouvement Coeurs Unis (MCU) de M. Touadéra avait tenté en mars, lors d'un "dialogue républicain" excluant la rébellion et boycotté par l'essentiel de l'opposition, d'introduire un amendement faisant sauter le verrou de deux mandats et permettant ainsi au président d'en briguer un troisième en 2025. Le MCU y a finalement renoncé face au tollé provoqué dans la société civile et à la réprobation de la communauté internationale. M. Touadéra avait été réélu fin décembre 2020 avec 53,16% des suffrages à l'issue d'un scrutin controversé, moins d'un électeur sur trois ayant eu la possibilité d'aller voter en raison de l'insécurité dans un pays en proie à une guerre civile meurtrière depuis 2013. La Centrafrique est le deuxième pays le moins développé au monde, selon l'ONU.