Covid-19: le Kenya instaure un pass sanitaire

Par AFP

AFRICA RADIO

En vertu d'une nouvelle réglementation sanitaire, les Kenyans devront prouver qu'ils sont entièrement vaccinés contre le Covid-19 pour avoir accès aux services publics, aux transports en commun et aux lieux publics tels que les parcs nationaux, les bars et les restaurants.

Le Kenya exigera la présentation de certificats de vaccination à partir du 21 décembre et prévoit une campagne d'inoculation massive de 10 jours à partir du 26 novembre, a déclaré le ministre de la Santé, Mutahi Kagwe, dans un communiqué publié dimanche soir. Le Kenya, a indiqué le ministre, a constaté une "diminution marquée" du nombre de cas graves et de décès, avec un taux de positivité au cours des 14 derniers jours allant de 0,8% à 2,6%. Depuis le début de la pandémie, la puissance est-africaine a enregistré un total de 254.629 cas et 5.325 décès. "Je ne doute pas qu'en regardant ces statistiques, il soit très facile de se reposer sur ses lauriers et de ne pas apprécier l'ampleur du problème auquel nous sommes toujours confrontés avec la pandémie", a déclaré M. Kagwe. "La baisse actuelle du nombre de nouvelles infections peut être attribuée à une accumulation d'immunité à la fois par l'exposition naturelle à la maladie et par l'exercice de vaccination en cours. Néanmoins, nous savons qu'il n'est pas encore temps de se réjouir". Dans le cadre des nouvelles mesures, l'accès aux services publics, notamment les hôpitaux, l'éducation, les bureaux des impôts et de l'immigration, sera limité aux personnes munies d'une preuve de vaccination. Des restrictions similaires seront imposées dans les lieux publics tels que les parcs nationaux et les réserves naturelles, les hôtels, les bars et les restaurants, tandis que tous les rassemblements en intérieur seront limités à 2/3 de la capacité d'accueil. Selon les chiffres officiels, seules 2,4 millions de personnes, soit moins de 9% de la population adulte du Kenya, ont été vaccinées, alors que l'objectif du gouvernement est de 30 millions d'ici la fin de l'année prochaine. M. Kagwe s'est notamment dit préoccupé par le faible taux de mise à jour des vaccins Covid, en particulier chez les personnes âgées, et a déclaré qu'il avait baissé après la levée d'un couvre-feu national nocturne le mois dernier.