Drame de Melilla: Madrid réaffirme qu'il n'y a eu "aucun mort" côté espagnol

AFRICA RADIO

7 novembre 2022 à 14h51 par AFP

Le ministre espagnol de l'Intérieur a affirmé avec force lundi qu'il n'y avait eu "aucun mort" à Melilla du côté espagnol de la frontière avec le Maroc en juin, lorsqu'au moins 23 migrants avaient péri en tentant de pénétrer dans cette enclave espagnole.

"Il n'y a eu aucun mort en territoire espagnol", a déclaré Fernando Grande-Marlaska à des journalistes lors d'une visite à Cuenca (centre-est), une semaine après la diffusion par la BBC d'un reportage affirmant au contraire que certaines victimes étaient décédées du côté espagnol. Sur la sellette depuis cette tragédie, le ministre a réaffirmé son soutien aux forces de sécurité espagnoles, assurant qu'elles avaient "agi en toute légalité, avec proportionnalité et (en fonction de la) nécessité" le 24 juin et soulignant qu'il s'était agi "d'une attaque violente de la frontière" durant laquelle "50 gardes civils avaient été blessés". La BBC avait évoqué le 1er novembre une vidéo montrant "au moins un mort sur le sol de l'entrée" du poste-frontière séparant le Maroc de la petite enclave espagnole "et d'autres corps sans vie sortis de là par les forces de sécurité marocaines". Elle avait aussi indiqué avoir eu la confirmation par les autorités espagnoles que cette zone était "sous leur contrôle". Le ministère de l'Intérieur espagnol avait répliqué à la BBC le lendemain en affirmant qu'aucun mort n'avait eu lieu sur le territoire espagnol et en dénonçant des "accusations" formulées "sans aucune preuve". Le 24 juin, près de 2.000 migrants, originaires en majorité du Soudan, avaient tenté de franchir la frontière séparant le Maroc de Melilla, l'une des deux enclaves espagnoles situées sur la côte nord du royaume, qui constituent les deux seules frontières de l'UE sur le continent africain. Au moins 23 d'entre eux avaient péri, selon le bilan des autorités marocaines. Mais des experts indépendants nommés par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU ont évoqué le 31 octobre un bilan d'au moins 37 morts. Pour sa part, l'AMDH, association de défense des droits humains au Maroc, estime le nombre de morts à au moins 27. Le Premier ministre espagnol, le socialiste Pedro Sánchez, avait apporté vendredi un appui très appuyé à M. Grande-Marlaska, le qualifiant de "grand ministre de l'Intérieur" et affirmant qu'il avait "toute (sa) confiance" et "tout (son) soutien".