Ebola en Ouganda: le président exclut un confinement national

AFRICA RADIO

4 novembre 2022 à 16h51 par AFP

Le président ougandais Yoweri Museveni a de nouveau exclu vendredi d'imposer un confinement national comme pour le Covid-19 pour contenir la propagation du virus Ebola, en dépit d'une progression inquiétante des cas dans le pays.

Depuis que le ministère de la Santé a déclaré pour la première fois une épidémie d'Ebola dans le district central de Mubende, la maladie s'est propagée dans tout le pays d'Afrique de l'Est, y compris dans la capitale Kampala. Mais le président a écarté tout projet de confinement à l'échelle nationale, exhortant plutôt les habitants à "être plus vigilants" et à observer les mesures mises en place pour contrôler la propagation d'Ebola. "Il n'y aura PAS DE CONFINEMENT. Par conséquent, les gens devraient aller de l'avant et se concentrer sur leur travail sans s'inquiéter", a-t-il déclaré sur Twitter. L'épidémie d'Ebola a fait à ce stade 49 morts, selon le gouvernement ougandais. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a pour sa part indiqué mercredi que le pays a enregistré plus de 150 cas confirmés et probables, et que l'épidémie a fait 43 morts et 21 décès probables. L'épidémie a été déclarée le 20 septembre et huit jours plus tard, le président Museveni avait indiqué qu'un confinement à l'échelle nationale n'était "pas nécessaire". Le mois dernier, Museveni a instauré un confinement dans deux districts - Mubende et Kassanda - imposant un couvre-feu du crépuscule à l'aube, interdisant les voyages et fermant les marchés, les bars et les églises pendant 21 jours. Il a également ordonné à la police d'arrêter toute personne infectée par Ebola qui refusait de s'isoler. Mercredi, l'OMS a fait part de son inquiétude après les premiers cas d'Ebola dans la capitale ougandaise et a appelé les pays voisins à renforcer d'urgence leur niveau de préparation face une possible propagation du virus. L'Ouganda a connu plusieurs épidémies d'Ebola, dont la dernière en 2019. Il n'existe pour l'heure aucun vaccin contre la souche du virus Ebola, dite "souche soudanaise", qui sévit en ce moment dans le pays. Ebola est une fièvre hémorragique virale souvent mortelle. La maladie doit son nom à une rivière de la République démocratique du Congo (RDC) où elle a été découverte en 1976. La transmission humaine se fait par les fluides corporels, avec pour principaux symptômes des fièvres, vomissements, saignements et diarrhées.