Ethiopie: toujours pas d'accès sans entrave au Tigré selon l'OMS

AFRICA RADIO

2 décembre 2022 à 16h21 par AFP

Les humanitaires n'ont toujours pas obtenu un accès sans entrave dans la région éthiopienne du Tigré malgré l'accord de paix conclu entre belligérants il y a un mois, a déploré l'Organisation mondiale de la santé vendredi.

Genève (AFP)

"Ce processus de paix ne s'est pas encore traduit par un accès total, un accès sans entrave et une assistance médicale et sanitaire massive dont la population du Tigré a besoin", a affirmé le responsable des situations d'urgence à l'OMS, Michael Ryan, lors d'un point de presse régulier à Genève.

"Il y a bien sûr une aide alimentaire et des médicaments qui sont distribués.Mais nous voulons un accès sans entrave car les besoins sont énormes", a renchéri le chef de l'OMS, l'Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, lui-même originaire du Tigré.

"La seule solution à ce conflit passe par le dialogue politique (...) et par un règlement pacifique", a assuré M. Tedros, demandant que les civils en soient "au centre". 

"Même en cas de conflit, même en pleine guerre, l'aide alimentaire et les fournitures médicales doivent être acheminées.Cela ne devrait pas être lié au dialogue politique ou militaire...Cela doit être une aide médicale et alimentaire inconditionnelle et sans entrave pour ceux qui en ont besoin", a-t-il insisté.

La livraison d'aide humanitaire au Tigré avait été interrompue fin août lorsque les combats avaient repris après cinq mois de trêve entre l'armée fédérale éthiopienne et ses alliés, d'un côté, et les forces des autorités rebelles du Tigré de l'autre.

Avant même cette interruption, l'aide était déjà insuffisante à satisfaire les besoins d'une région où quelque 90% des six millions d'habitants dépendent de l'aide alimentaire, en raison du conflit qui a éclaté en novembre 2020. 

- "Sceptique" -

Il y a une semaine, le Programme alimentaire mondial (PAM), une autre agence de l'ONU, avait déjà souligné que bien que les opérations humanitaires s'amplifient dans le nord de l'Ethiopie, une partie du Tigré restait inaccessible, et l'aide acheminée inférieure aux besoins.

"L'aide acheminée au Tigré ne satisfait pas les besoins et le PAM et ses partenaires ont besoin d'accéder urgemment à l'ensemble de la région", dont l'accès à certaines zones de l'est et du centre est restreint, avait indiqué l'organisation.

Le Tigré est resté quasiment coupé du monde pendant plus d'un an et est privé d'électricité, de télécommunications, de services bancaires et de carburant.

L'OMS a bien constaté une certaine amélioration en ce qui concerne l'accès de son personnel à la région et l'obtention de carburant, a indiqué le Dr Ryan vendredi, mais l'organisation réclame aussi une remise en marche complète du système de santé, un réapprovisionnement des établissements de soins de santé primaires et secondaires en équipements médicaux essentiels, le paiement du personnel de santé.

Il a également insisté sur l'importance de rétablir les services bancaires et les communications, des facteurs cruciaux dans la réussite des opérations humanitaires, tout comme les services logistiques.

"Actuellement, nous essayons d'acheminer directement de l'argent en espèces", a-t-il indiqué.

"Je ne vois toujours pas, ni mon équipe, de preuves d'un accès sans entrave aux populations du Tigré.Et cela doit changer rapidement", a-t-il insisté, reconnaissant qu'il restait "sceptique" à ce sujet.