La Somalie accorde pour la première fois des licences à deux banques étrangères

AFRICA RADIO

3 juillet 2022 à 16h21 par AFP

La Somalie a annoncé dimanche avoir accordé des licences bancaires à deux établissements étrangers, le pays s'ouvrant ainsi aux investissements internationaux pour la première fois depuis des décennies.

La banque égyptienne Banque Misr et la banque turque Ziraat Katilim deviennent ainsi les premières banques étrangères à pouvoir exercer en Somalie, a précisé la Banque centrale somalienne dans un communiqué. "L'examen des candidatures de ces deux banques a fait l'objet d'un processus long de plusieurs mois", a précisé l'institution, ajoutant qu'elles avaient le feu vert pour établir et exploiter des succursales. "Ce sont deux banques solides qui ajouteront de la valeur au développement du secteur financier somalien et contribueront à la croissance de notre économie", a déclaré le gouverneur de la Banque centrale de Somalie, Abdirahman Mohamed Abdullahi, cité dans le communiqué. L'un des pays les plus pauvres du monde, avec plus de 70% de sa population vivant avec moins de 1,90 dollar par jour, la Somalie peine à se remettre de décennies de guerre civile. Ce pays de 15 millions d'habitants compte au moins une demi-douzaine de banques commerciales, certaines offrant des services via l'"hawala", un réseau informel de transferts d'argent de gré à gré. L'hawala est un système bon marché permettant aux dépôts réalisés dans une banque étrangère d'être instantanément crédités en faveur des destinataires qui ne doivent fournir que des informations d'identité basiques correspondant à celles fournies par l'expéditeur. L'annonce de l'octroi de licences à des banques étrangères survient à peine six semaines après l'entrée en fonction du président Hassan Cheikh Mohamoud à la suite d'élections et d'une longue crise politique. La nouvelle administration somalienne est confrontée à une série de défis, notamment la menace d'une famine et les attaques des jihadistes shebab. Le président Mohamoud s'est engagé notamment à améliorer de la situation économique et à fournir des services de base à la population. En raison de la sécheresse qui frappe la Corne de l'Afrique, quelque 7,1 millions de Somaliens - soit près de la moitié de la population - souffrent actuellement de la faim, mais pour les 213.000 personnes les plus touchées, la situation est désormais catastrophique et urgente, selon la dernière évaluation des agences de l'ONU.