Le Conseil des droits de l'homme se penche sur le sort du Soudan

Par AFP

AFRICA RADIO

Le Conseil des droits de l'homme doit se pencher vendredi à Genève sur le Soudan, après le putsch du 25 octobre, et pourrait décider d'accroître la surveillance sur le respect des droits humains dans le pays.

La session de la plus haute instance de l'ONU en matière de droits de l'homme, convoquée en urgence, doit examiner un projet de résolution présenté par le Royaume-Uni, l'Allemagne, les Etats-Unis et la Norvège exigeant le retour immédiat du gouvernement civil après le putsch. Les négociations sur le texte continuent, mais la dernière version en date vendredi matin demande toujours la nomination d'un rapporteur spécial pour surveiller la situation des droits humains dans le pays, a expliqué Rolando Gomez, porte-parole du Haut-commissariat aux droits de l'homme, lors d'un point de presse régulier de l'ONU à Genève. La séance doit démarrer à 11H30 GMT avec une déclaration de Michelle Bachelet, la Haut-commissaire aux droits de l'homme avant un vote probable sur le projet de résolution en fin d'après-midi. La situation sur le terrain évolue rapidement. Le chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Burhane, a ordonné jeudi la libération de quatre ministres arrêtés le jour du coup d'Etat, sur fond d'efforts internationaux accrus pour remettre sur les rails la transition démocratique. Outre le texte final de la résolution, un point d'interrogation important concerne la représentation soudanaise lors du débat à Genève. Qui prendra la parole pour le pays? Osman Abu Fatima Adam Mohammed, l'adjoint du représentant permanent à Genève, Ali Ibn Abi Talib Abdelrahman Mahmoud, a revendiqué dans un courrier parler désormais au nom du Soudan. Mais l'ambassadeur britannique à Genève, Simon Manley a fait savoir mercredi, au nom des pays qui ont demandé la tenue de la session spéciale, qu'ils reconnaissaient "le gouvernement légitime" du Soudan et non pas les autorités qui se sont ralliées au putsch. Selon les règles de l'ONU l'ambassadeur Mahmoud reste le représentant officiel auprès de l'organisation.