Le prix Rafto des droits humains à un militant tchadien antitorture

AFRICA RADIO

22 septembre 2022 à 8h06 par AFP

Le prix Rafto des droits humains a récompensé jeudi le Tchadien Nodjigoto Charbonnel et son Association Jeunesse pour la Paix et la Non-Violence (AJPNV) pour "leur lutte courageuse pour l'abolition de la torture" au Tchad et ailleurs.

"Dans le contexte de l'autoritarisme, du terrorisme, de la guerre contre le terrorisme et de la violence institutionnalisée, et au péril de leur vie, M. Charbonnel et son équipe aident les survivants à reconstruire une vie après la torture en leur fournissant un abri, un soutien juridique et une réadaptation psychosociale", a fait valoir la Fondation Rafto. Dans un pays qui a connu de nombreux conflits armés sur son sol depuis son indépendance de la France en 1960, l'AJPNV, fondée en 2000, apporte gratuitement un soutien médical, psychologique et juridique aux victimes de tortures et de violences sexuelles. En 2021, le centre a traité 575 survivants de la torture, selon la Fondation Rafto. Ex-ingénieur pour le géant pétrolier ExxonMobil, M. Charbonnel, 49 ans, a été sensibilisé aux effets de la torture du fait des mauvais traitements infligés à son père par les autorités, selon la fondation. L'engagement de ce diplômé d'électromécanique et de droits humains lui a valu d'être emprisonné trois fois et lui et sa famille "ont été harcelés par des agents de l'Etat", toujours selon la fondation. D'après celle-ci, "au Tchad, la torture est institutionnalisée et utilisée comme moyen politique normalisé, et la rébellion est l'une des rares voies de mobilité sociale". Depuis la prise de pouvoir de Mahamat Idriss Déby Itno, autoproclamé chef de l'Etat à la mort de son père en avril 2021, "le travail des associations pour la défense des droits de l'homme, comme l'AJPNV, (est) encore plus risqué. En matière de droits de l'Homme, la situation s'est détériorée", dénonce la fondation norvégienne. Cette dernière "appelle l'Etat tchadien à respecter l'Etat constitutionnel, à ratifier le protocole contre la torture, à traduire en justice les responsables d'actes de torture (...) et à assumer la responsabilité de soutenir les survivants de la torture". Doté de 20.000 dollars (autant d'euros), le prix Rafto doit être formellement remis le 13 novembre à Bergen, dans l'ouest de la Norvège. Portant le nom de l'historien et militant des droits humains norvégien Thorolf Rafto, le prix compte parmi ses anciens lauréats quatre personnalités (Aung San Suu Kyi, José Ramos-Horta, Kim Dae-Jung et Shirin Ebadi) qui ont ensuite remporté le prix Nobel de la paix, également décerné en Norvège. Le nom du vainqueur du prix Nobel de la paix sera quant à lui annoncé le 7 octobre à Oslo.