Afrique du Sud: des logements démolis au bulldozer en dépit de résistances

9 novembre 2012 à 14h45 par La rédaction

LENASIA (Afrique du Sud) (AFP) - (AFP)

Les autorités ont fait démolir vendredi au bulldozer des maisons érigées sur des terrains illégalement vendus près de Johannesburg, provoquant la colère et des tentatives de résistance de leurs habitants, au moment où l'Afrique du Sud vit une dramatique crise du logement, a constaté l'AFP.

L'opération a été ordonnée après qu'une enquête eut révélé que certaines parcelles avaient été vendues illégalement, à des prix très bas, équivalents à 225 euros pour les moins chères.

"Des escrocs ont vendu plusieurs parcelles et fourni aux acheteur de faux certificats de propriété, frappé du logo officiel de l'administration", a indiqué le ministère régional du Logement dans un communiqué.

"Nous appliquons une décision de justice", a déclaré Motsamai Motlhaolwa, porte-parole du gouvernement régional, alors que les engins de chantier rasaient 37 maisons de la township de Lenasia, près de Soweto.

"Nous expulsons des gens d'une terre qui appartient au gouvernement (régional) et qui a été vendue illégalement aux habitants de Lenasia", a-t-il précisé.

Les maisons ainsi détruites ne sont en rien des baraques de bidonvilles mais pour la plupart des logements de brique ou de béton.

Après les premières démolitions jeudi, plusieurs dizaines de résidents ont brûlé des pneus pendant la nuit et barricadé les routes avec de lourds blocs de pierre.

Vendredi matin, les médias ont assisté à quelques scènes de détresse lorsque les démolitions ont repris.Une femme a grimpé sur la pelle mécanique d'un engin qui s'avançait vers sa maison de béton.Les voisins ont dû s'occuper d'elle pour la calmer.

"Ma voisine a acheté cet terrain en 2002, c'est son terrain, elle l'a acheté légalement, il était aux enchères", s'époumonait Rebecca Muthivhi."Aujourd'hui, ils sont venus démolir le mur (d'enceinte).Et après coup, quand elle leur a montré tous les documents légaux, ils ont dit que c'était une erreur", a-t-elle assuré.

Selon le porte-parole du gouvernement régional, les résidents avaient été prévenus dès le début de leur situation illégale: "Dès qu'ils sont arrivés sur ces parcelles, on leur a dit de ne pas construire.Malheureusement ils ne nous ont pas écoutés", a-t-il assuré.

L'Afrique du Sud est confrontée à une dramatique crise du logement.Selon le dernier recensement de 2011, près de 2 millions de personnes vivent dans des bidonvilles.