Burkina: un soldat tué et deux blessés dans d'une attaque dans le nord

Par AFP

AFRICA RADIO

Un soldat burkinabè a été tué et deux blessés samedi lors d'une embuscade contre une patrouille militaire dans la commune de Bourzanga, dans le nord du Burkina Faso, ont indiqué samedi des sources sécuritaires.

"Une patrouille du détachement militaire du groupement de forces du secteur Centre-nord a été la cible d'une embuscade ce samedi à Sanaré", une localité de la commune de Bourzanga, dans le nord du pays, a déclaré à l'AFP une source sécuritaire. "Un soldat est décédé au cours de l'attaque et deux blessés", a précisé cette source, soulignant que "des opérations de ratissage se poursuivaient pour retrouver les assaillants"."Un des blessés, grièvement touché, a été évacué par voie aérienne", a indiqué une autre source sécuritaire, confirmant le bilan. Cette attaque survient au lendemain d'une autre embuscade contre une patrouille mixte, composée de militaires, de gendarmes du détachement d'Arbinda et des volontaires pour la défense de la patrie (VDP), dans la commune de Arbinda, toujours dans le nord du Burkina Faso. Une "dizaine de terroristes" ont été "neutralisés" (tués, ndlr) et trois soldats burkinabè blessés lors de cette embuscade. Dans la nuit du vendredi à samedi dernier, au moins 132 personnes, selon le gouvernement et 160 selon des sources locales, ont été tuées dans l'attaque du village de Solhan, dans le nord du Burkina Faso, près de la frontière nigérienne. Cette attaque est la plus meurtrière depuis le début de l'insurrection jihadiste au Burkina Faso, il y a six ans. Le Burkina Faso est confronté depuis 2015 à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières de groupes jihadistes, dont le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (affilié à Al-Qaïda) et le groupe Etat islamique au Grand Sahara.Ces attaques ont fait quelque 1.400 morts et contraint un million de personnes à fuir leur foyer.