Centrafrique: six militaires tués par des braconniers

15 juillet 2010 à 8h27 par La rédaction

BANGUI (AFP)

L'embuscade qui a coûté la vie à six militaires centrafricains le 8 juillet dans le nord du pays est l'oeuvre de "braconniers puissamment armés", a affirmé jeudi à l'AFP une source de l'Etat-major des forces armées centrafricaines (FACA), écartant une attaque rebelle.

"C'est un groupe de braconniers puissamment armés qui a causé ces pertes en vies humaines à l'armée.Nous sommes en mesure de dire qu'il ne s'agit en rien d'une attaque d'un groupe politico militaire"", a déclaré cette source sous couvert de l'anonymat.

Selon cette source, les six hommes de la "mission ont cru qu'il s'agissait d'un groupe de quelques coupeurs de route qui tendaient un guet-apens aux usagers de la route (...).Mais c'était en réalité une horde de braconniers en mouvement vers l'est en quête des troupeaux d'éléphants".

"C'est un rapport de force inégal qui a entraîné la mort de nos hommes au cours de cette embuscade.Aussitôt informé, l'état-major a pris des dispositions et a dépêché trois sections, (un peu plus de 9O hommes) pour des opérations de ratissage dans le secteur", a poursuivi cette source.

Six militaires centrafricains, dont un officier, ont été tués lors d'une embuscade dans la nuit du 8 au 9 juillet près de Bossangoa, dans le nord de la Centrafrique.Ces hommes relevant de la Garde présidentielle avaient pour mission de sécuriser l'axe entre Bossangoa et Bouca, vers l'est, "à la suite des informations faisant état de la présence d'hommes armés circulant dans la région", selon un responsable du Haut commandement mardi.

La région Nord-Ouest, et particulièrement celle entre Bouca et la frontière tchadienne, est souvent considérée comme une zone de non-droit en raison de la faiblesse de la présence des forces de l'ordre centrafricaines.Elle est le théâtre d'attaques fréquentes de coupeurs de routes et autre bandits armés.