Congo: démantèlement d'un réseau pirate de téléphonie

Par La rédaction

Kinshasa (AFP)

Un réseau pirate de téléphonie qui gagnait 6 millions de dollars par an en dérivant les appels internationaux a été démantelé vendredi à Kinshasa, a-t-on appris lundi auprès du ministre des Télécommunications, Tryphon Kin Kiey.

"Vendredi (...) mes services m'ont dit qu'ils avaient mis la main sur une caverne d'Ali Baba" recelant notamment un centre informatique, du matériel haut de gamme utilisé par les opérateurs téléphoniques et des stocks de "cartes sims de tous les opérateurs" du pays, a indiqué à l'AFP M. Kin Kiey.

Il a précisé que ce réseau "fonctionnait depuis une dizaine d'années", qu'il gagnait "500.000 dollars par mois" et qu'un homme arrêté a expliqué que son "patron" était un français du nom d'"Alexandre Saikossy".Ce suspect "sera poursuivi, on ne va pas laisser ça comme ça", a martelé le ministre.

Début novembre 2012, M. Kin Kiey avait annoncé que son pays avait demandé aux sociétés américaine Agilis et française L'Entreprise Telecom d'installer une "infrastructure de gestion et de contrôle des appels téléphoniques" afin de stopper le piratage des appels téléphoniques internationaux.

Le réseau démantelé vendredi est le premier à avoir été découvert.

Pour dériver les appels, les pirates les font transiter par des cartes SIM locales, ensuite placées dans des boîtiers appelés "Simbox".Delà, les numéros étrangers sont "renumérotés" et arrivent en RDC avec l'indicatif congolais: +243.

"Chaque jour c'est 400.000 dollars que le Trésor public perd par ce système; chaque mois c'est 12 millions de dollars; chaque année c'est 140 millions de dollars", avait affirmé le ministre en novembre, estimant le préjudice total à "plus de 1 milliard de dollars".