Côte d'Ivoire: un président de région d'opposition libéré après 6 mois de prison

31 mars 2020 à 13h22 par AFP

AFRICA RADIO

Le président du conseil régional de Gbêkê dans le centre de la Côte d'Ivoire, Jacques Mangoua, membre du premier parti d'opposition, a été mis en liberté provisoire mardi après six mois de prison, a indiqué son frère à l'AFP.

M. Mangoua, un des vice-présidents du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), purgeait à la maison d'arrêt et de correction d'Abidjan une peine d'emprisonnement ferme de cinq ans pour "détention illégale de munitions de guerre", après un procès en octobre 2019 où il avait clamé son innocence."Il a été libéré ce matin et toute la famille est en joie", a déclaré à l'AFP Koffi Kouassi Anderson, frère cadet de M. Mangoua, précisant qu'il bénéficiait d'une "liberté provisoire".Il s'agit d'une liberté provisoire, à la suite d'une requête de M. Mangoua lui-même, a confirmé à l'AFP l'un de ses avocats, Me Nicolas Messan. Le procès en appel de M. Mangoua, qui devait initialement se tenir en février, avait été reporté au 24 mars, mais n'a pas pu avoir lieu en raison de l'épidémie de Covid-19, et l'audience pourrait n'avoir lieu que fin avril, selon M. Messan. Après la découverte par la gendarmerie de munitions de guerre dans une résidence de M. Mangoua dans un village proche de Bouaké (centre) et sa condamnation, son entourage avait dénoncé un "complot" et un "coup monté"."Les enjeux de cette affaire sont ailleurs, M. Mangoua préside une région qui se trouve être la plus grande de la Côte d'Ivoire et qui par conséquent est vitale pour l'élection présidentielle (d'octobre) 2020. Il préside une région stratégique et est de l'opposition, alors cela est insupportable pour certains hommes politiques", avait écrit à l'AFP sa fille, Joanne Mangoua. Sa condamnation avait été suivie de troubles qui avaient fait un mort.