Echanges tendus entre Rabat et Madrid avant l'audition du chef du Polisario

Par AFP

AFRICA RADIO

Rabat et Madrid se sont adressé mutuellement des remontrances lundi, à la veille de l'audition du chef du Polisario Brahim Ghali par la justice espagnole, dont l'arrivée en Espagne mi-avril a suscité une crise majeure entre les deux pays voisins.

Le Maroc a d'abord qualifié cette affaire de "test de fiabilité" pour le partenariat bilatéral, en insistant pour obtenir une "clarification sans ambiguïté" du côté espagnol, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères."La crise n'est pas liée au cas d'un homme (....) C'est d'abord une histoire de confiance et de respect mutuel rompus entre le Maroc et l'Espagne. C'est un test pour la fiabilité du partenariat" bilatéral, a affirmé le ministère dans son communiqué.De son côté, le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a souligné que la relation devait être marquée par le "respect" et la "confiance", tout en rappelant que le Maroc était un allié "stratégique" pour l'Espagne.Hospitalisé en Espagne depuis la mi-avril, le leader du mouvement indépendantiste sahraoui soutenu par l'Algérie doit être entendu mardi par visioconférence dans le cadre de deux enquêtes pour "tortures" et "génocide". Son accueil, que Madrid a justifié par des "raisons humanitaires", a provoqué l'ire de Rabat qui a riposté en relâchant ses contrôles frontaliers à la mi-mai, laissant passer des milliers de migrants marocains dans l'enclave espagnole de Ceuta, située au nord du royaume.- "Différends" -Lors d'une conférence de presse près de Madrid avec son homologue polonais Mateusz Morawiecki, M. Sanchez a estimé qu'il était "inadmissible" qu'un "gouvernement dise d'attaquer les frontières (...) et que les frontières soient ouvertes pour que 10.000 migrants puissent entrer en moins de 48 heures dans une ville espagnole" en raison de "différends en matière de politique étrangère"."Le Maroc ne doit pas oublier qu'il n'a pas de meilleur allié dans l'UE que l'Espagne", a-t-il dit. Ses propos ont suscité une mise au point immédiate de la diplomatie marocaine, qui a souligné que "la crise bilatérale n'était pas liée à la question migratoire".Rabat demande avec insistance depuis plusieurs jours une enquête "transparente" sur les conditions d'arrivée en Espagne du chef indépendantiste qui a, selon ses services, voyagé de façon "frauduleuse", "avec un passeport falsifié". La crise "ne peut pas se résoudre avec la seule audition" du chef du Polisario, les attentes du Maroc "commencent par une clarification, sans ambiguïté par l'Espagne de ses choix, de ses décisions et de ses positions", indiquait le premier communiqué publié lundi par le ministère marocain.Le responsable, âgé de 71 ans selon le Polisario, a été cité à comparaître pour une plainte pour "tortures" déposée par un dissident du Polisario naturalisé espagnol.La justice espagnole a également rouvert un dossier contre lui pour "crimes contre l'humanité" après une plainte ancienne déposée par une association sahraouie l'accusant de "violations des droits humains" sur des dissidents des camps de Tindouf (ouest de l'Algérie). Le Polisario milite pour l'indépendance du Sahara occidental, ancienne colonie espagnole contrôlée dans sa majeure partie par le Maroc, qui propose une autonomie sous sa souveraineté.Après presque 30 ans de cessez-le-feu, les hostilités entre les deux camps ont repris mi-novembre. Le processus de règlement politique piloté par l'ONU est à l'arrêt depuis le printemps 2019.