Ethiopie: le directeur éthiopien de l'OMS dément soutenir une des parties

19 novembre 2020 à 18h21 par AFP

AFRICA RADIO

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, originaire du Tigré, a démenti jeudi les accusations de l'armée éthiopienne qui l'accuse de militer en faveur des rebelles de sa région, dont les forces affrontent les troupes fédérales.

"Certains rapports suggèrent que je prends parti dans cette situation. Ce n'est pas vrai et je tiens à dire que je ne suis que d'un seul côté, celui de la paix", a indiqué M. Tedros, dans une déclaration qu'il a publiée sur son compte Twitter."J'ai le coeur brisé pour ma patrie, l'Ethiopie, et j'appelle toutes les parties à oeuvrer pour la paix et à garantir la sécurité des civils et l'accès à la santé et à l'aide humanitaire pour ceux qui en ont besoin", a-t-il ajouté."Enfant, j'ai vu la nature destructrice de la guerre. Je me souviens très bien des combats et du terrible bilan humain. En tant qu'adulte, j'ai utilisé cette expérience de première main pour toujours travailler pour la paix, pour rassembler les parties en guerre et pour entamer un dialogue afin de négocier la paix", a poursuivi le chef de l'OMS.Le chef d'état-major de l'armée fédérale éthiopienne, le général Berhanu Jula, a affirmé jeudi que M. Tedros "a oeuvré dans les pays voisins à condamner la guerre" que mène le gouvernement fédéral éthiopien aux autorités régionales du Tigré (Nord) depuis le 4 novembre.Le directeur de l'OMS n'a "négligé aucune piste" pour aider le Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), parti qui dirige la région du Tigré et défie depuis plusieurs mois l'autorité du gouvernement fédéral, a-t-il ajouté."Ce type est lui-même membre de cette équipe" du TPLF, a accusé le général Berhanu, en parlant de M. Tedros qui fut ministre de la Santé de 2005 à 2012 dans le gouvernement de Meles Zenawi, chef historique du TPLF, à l'époque parti tout-puissant et détenteur de tous les leviers de pouvoir à Addis Abeba."Je suis profondément attristé par les informations faisant état de victimes et d'un grand nombre de personnes déplacées et cherchant refuge dans les pays voisins. En pleine pandémie mondiale, je suis en outre préoccupé par les conséquences sur la santé", a indiqué pour sa part M. Tedros.