Ethiopie: le TPLF, ex-parti dominant, fête ses 45 ans dans l'incertitude

Par AFP

AFRICA RADIO

Le parti qui a dominé la politique éthiopienne pendant près de trois décennies avant l'arrivée au pouvoir du Premier ministre Abiy Ahmed a fêté mercredi ses 45 ans avec une cérémonie qui a mis en exergue les tiraillements l'opposant au pouvoir central et à l'Érythrée.

Le Front de libération des peuples du Tigré (TPLF) a dominé la coalition qui a renversé en 1991 le régime militaro-marxiste du Derg, dirigé par le dictateur Mengistu Haile Mariam, et ensuite exercé un contrôle étroit sur l'Éthiopie pendant presque 30 ans.Les Tigréens, qui ne constituent plus que 6% de la population, ont ainsi longtemps disposé d'un pouvoir sans commune mesure avec leur importance numérique.Mais ce parti a vu son influence décroître avec l'émergence de M. Abiy, entré en fonction en avril 2018 après plusieurs mois de manifestations antigouvernementales reflétant une frustration générale contre l'exercice du pouvoir par le TPLF.Craignant d'être encore plus marginalisé, le TPLF a refusé en novembre de fusionner la coalition au pouvoir en un seul parti, contrairement aux trois autres partis qui la formait, se positionnant ainsi de fait dans l'opposition.Le parti contrôle en revanche toujours fermement la région septentrionale du Tigré. Mercredi, des dizaines de milliers de ses partisans ont envahi les rues de la capitale régionale, Mekele, pour une parade d'inspiration militaire des forces de sécurité locales.Cet événement marquait le 45e anniversaire du parti, fondé en 1975. Les participants ont entonné des chants guerriers et marché dans des formations représentant les contours du Tigré et de l'Éthiopie.Dans un discours, le président du TPLF, Debretsion Gebremichael, a accusé M. Abiy, prix Nobel de la paix 2019, de minimiser l'importance de ce que le parti a accompli pour consolider son propre pouvoir.Contrairement au chef du gouvernement, les Éthiopiens respectent le TPLF, a estimé M. Debretsion, estimant que "la maladie est dans les dirigeants, pas dans le peuple".Yemane Amha, un ancien combattant du TPLF âgé de 44 ans, a estimé pour l'AFP que cet anniversaire intervenait à un "moment crucial" pour le parti."Je pense, comme probablement la plupart des Tigréens, que nous sommes à un tournant, où nous pouvons soit aller de l'avant en acceptant nos différences, ou alors où le gouvernement fédéral continue d'imposer sa volonté au peuple du Tigré et au-delà", a-t-il évoqué.