Fin de campagne à Bissau: 6 morts dans un accident avec un véhicule du PAIGC

8 mars 2019 à 12h21 par AFP

AFRICA RADIO

Six passagers sont morts vendredi au dernier jour de la campagne pour les élections législatives en Guinée-Bissau où leur véhicule a pris feu après avoir heurté une voiture du parti majoritaire dans le nord du pays, a-t-on appris de source officielle.

Bissau vivait les dernières heures de la campagne dans une atmosphère festive, avec banderoles, affiches et musique poussée à fond aux sièges des 21 partis en lice, ont constaté des journalistes de l'AFP. L'accident est survenu à Mambolco, dans la région d'Oio, à une centaine de km au nord de la capitale, entre un véhicule du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), et un car transportant des passagers, a indiqué Bamba Bandjai, un responsable national des transports routiers."Le choc était tellement violent que le car a pris feu, laissant peu de chances aux passagers dont six sont morts", a dit à l'AFP M. Bandjai, faisant état d'un nombre indéterminé de blessés.Deux enfants avaient été mortellement fauchés mercredi dans l'est lors d'une caravane du PAIGC.Le scrutin doit permettre de sortir cette ancienne colonie portugaise d'Afrique de l'Ouest de plus de trois ans de crise entre le président José Mario Vaz et la direction du PAIGC, vainqueur des élections de 2014, dont il est pourtant issu.Debout devant l'imposant bâtiment à étages qui abrite le siège du parti, en face du palais présidentiel, Abdoulaye Baldé, responsable dans un hôtel de la capitale, se dit "sûr que le PAIGC va gagner"."C'est un parti qui a un bon programme pour le développement et la paix en Guinée-Bissau", affirme cet homme de 45 ans, marié à deux femmes et père de cinq enfants. A quelque 200 mètres, derrière la présidence, l'effervence régnait dans un quartier général du Madem-G15, formé du groupe des 15 députés frondeurs du PAIGC, dont la défection l'a privé de sa majorité de 57 sièges sur 102 à l'Assemblée."Nous allons gagner pour changer la situation en Guinée-Bissau. Le PAIGC a fait beaucoup d'années au pouvoir mais il n'y a pas d'écoles, pas de travail", a déclaré Fernando Cabral, un partisan du Madem qui dit être âgé de 46 ans, père de quatre enfants, "musicien guitariste et chanteur".Au fronton du Parti pour la rénovation sociale (PRS, 41 députés), est affichée une photo de son fondateur, le défunt président Kumba Yala. Quintino da Silva, un fonctionnaire né en 1977 espère que "le PRS va prendre le pouvoir pour transformer la Guinée-Bissau et faire comme des pays voisins, la Côte d'Ivoire et le Sénégal", plus développés."Nous avons beaucoup de ressources et le PRS va les gérer pour tout le peuple, qu'on soit Mandingue, Balante ou autre", dit-il, en référence aux nombreuses ethnies du pays.