Grève Air Algérie: des mesures pour dédommager les passagers

Par La rédaction

ALGER (AFP) - (AFP)

Air Algérie met au point un dédommagement des 23.000 passagers bloqués par quatre jours de grève du personnel navigant commercial à la mi-juillet, a annoncé son PDG Mohamed Salah Boultif dans un entretien publié vendredi par le quotidien El-Watan.

"On est en train d'élaborer les modalités pratiques pour un dédommagement", a-il déclaré en se référant à l'arrêt de travail des stewards et hôtesses du 11 au 14 juillet à l'origine d'un chaos dans les aéroports étrangers, essentiellement français, pour des milliers de vacanciers en attente de se rendre en Algérie.

Revenant sur les négociations en cours entre le Syndicat national du personnel navigant commercial (SNPNC, autonome) et des membres de la direction, M. Boultif a évoqué un "compromis".

"Dans toute discussion il y a des compromis qui se font de part et d'autre pour arriver à un accord.On ne peut pas tout avoir d'un seul coup, d'autant que cela risque de remettre en cause l'intégrité de la compagnie", a-t-il souligné.

Le PDG d'Air Algérie a également indiqué qu'il était "absolument" favorable à un statut de personnel navigant commercial pour les stewards et les hôtesses de l'air, et réclamé par ces derniers."Il y avait déjà une commission qui travaillait sur cette question avant ma nomination", il y a un mois.

"La révision est en train de se faire", a-t-il ajouté.

Un troisième round de négociations est prévu dimanche entre les deux parties après des discussions jeudi qui ont abordé la question des salaires.Les négociations doivent s'achever "au maximum fin juillet", selon la SNPNC.

A l'heure actuelle, la compagnie nationale ne peut "donner plus que ses finances ne le permettent", a souligné M. Boultif.Répondre à une demande de revalorisation salariale d'une corporation aurait "un effet boule de neige" sur les autres.

D'où les 20% accordés à l'ensemble des 9000 employés d'Air Algérie, dont 900 stewards et hôtesses de l'air.

M. Boultif s'est "appuyé sur deux éléments-clés" durant ce conflit: "la situation financière de la compagnie et le refus d'accorder une augmentation à une corporation et d'occulter les autres.Je tiens à préciser que ma démarche a été prise en concertation avec les pouvoirs publics", a-t-il dit.