Guinée: investiture du président Alpha Condé mardi

20 décembre 2010 à 9h48 par La rédaction

CONAKRY (AFP)

Le président de la République de Guinée élu le 7 novembre, Alpha Condé, sera solennellement investi mardi à Conakry, en présence de plusieurs chefs d'Etat africains, après 26 ans de régimes militaires, a-t-on appris lundi de source gouvernementale.

Au moins huit présidents africains devraient participer à cette cérémonie: Abdoulaye Wade (Sénégal), Amadou Toumani Touré (Mali), Blaise Compaoré (Burkina Faso), Ernest Koroma (Sierra Leone), Ellen Johnson Sirleaf (Liberia), Ali Bongo (Gabon), José Eduardo Dos Santos (Angola) et Jacob Zuma (Afrique du Sud).

Le président nigérian Goodluck Jonathan, président en exercice de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) doit être représenté par l'ancien président Olusegun Obasanjo, selon la même source gouvernementale.

La cérémonie d'investiture est prévue à partir de 11H00 (locales et GMT) au Palais du peuple, siège de l'Assemblée nationale dissoute au moment du coup d'Etat de 2008.

L'évènement sera retransmis en direct par la radio et la télévision d'Etat, selon le ministère de l'Information.

A Conakry, les préparatifs allaient bon train ces derniers jours, avec entre autres des escouades de balayeuses mobilisées aux alentours du Palais du peuple.

Alpha Condé, 72 ans, d'ethnie malinké, s'était présenté comme le candidat du changement, lui qui s'était opposé à tous les régimes en place depuis l'indépendance de l'ex-colonie française.Condamné à mort sous le régime d'Ahmed Sékou Touré (1958-1984), il avait été emprisonné deux ans pendant le règne du général Lansana Conté (1984-2008).

L'opposant historique a remporté 52,5% des suffrages au second tour, contre 47,5% à l'ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo.

Il devient le premier président démocratiquement élu de ce pays qui, en un demi-siècle, n'a connu que des dictatures et régimes autoritaires.

Le président de la transition en Guinée, le général Sékouba Konaté, a fait ses adieux solennels à l'armée le 15 décembre, en lui demandant "de soutenir et d'accompagner dans sa mission" le nouveau président élu et de rester "apolitique".