Inondations au Niger: au moins 31 morts, 100.000 sinistrés depuis juillet

21 août 2012 à 13h47 par La rédaction


NIAMEY (AFP) - (AFP)

Au moins 31 personnes sont mortes et près de 100.000 sont sinistrées après des inondations causées par de fortes pluies tombées depuis mi-juillet au Niger, a annoncé mardi l'Organisation des Nations unies (ONU).

"Les inondations affectent toutes les régions du pays.On a un bilan provisoire d'au moins 31 morts et nous approchons les 100.000 sinistrés à travers le pays", a indiqué à la presse Modibo Traoré, responsable du Bureau des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) à Niamey.

Un précédent bilan établi ce week-end par l'AFP à partir de données de l'ONU et des autorités faisait état d'au moins 20 morts.

Après une visite sur des sites inondés par une crue du fleuve Niger, le président Mahamadou Issoufou a promis lundi sur la télévision publique une aide de 1.400 tonnes de vivres et un fonds de 600 millions FCFA (900.000 euros) aux profit des sinistrés.

"Cela ne suffira pas.Je lance un appel à nos partenaires afin qu'ils nous aident à surmonter cette situation difficile", a-t-il déclaré.

Mais l'opposition critique le régime pour son "inertie"."Il n'y a eu aucune aide du gouvernement aux sinistrés livrés à leur sort, c'est irresponsable", a affirmé Seïni Oumarou, le chef de file de l'opposition, sur des télévisions privées.

Dans la capitale, de nombreux quartiers ont été inondés depuis dimanche à la suite d'une crue importante du fleuve.Un enfant est mort à Zarmagandeye, un des quartiers les plus sinistrés, selon des habitants.

La région de Dosso (sud) est actuellement la plus éprouvée avec trois décès la semaine dernière dans l'effondrement de maisons et plus de 70.000 sinistrés, selon Ocha.

Des centaines d'hectares de champs, des jardins, des mosquées, des puits d'eau potable sont engloutis par les eaux dans les zones affectées, y compris à Agadez, dans le Nord aux confins du désert, selon la Croix-Rouge locale et l'ONU.Des centaines de bêtes ont été également emportées.

La plupart des sans-abri sont relogés dans des écoles ou chez de proches parents.

Le responsable d'Ocha a averti que cette catastrophe "va avoir une incidence négative sur la situation alimentaire", alors que le Niger est déjà depuis plusieurs mois frappé, comme d'autres pays du Sahel, par une nouvelle crise alimentaire qui touche environ six millions de ses habitants.