Insécurité dans le Sahel: réunion ministérielle à Nouakchott

Par La rédaction

NOUAKCHOTT (AFP) - (AFP)

Les ministres de la Défense de dix pays d'Afrique du Nord et d'Europe du sud ont entamé dimanche à Nouakchott une réunion consacrée aux moyens de mieux coordonner la lutte contre l'insécurité dans les pays du Sahel, a constaté un journaliste de l'AFP.

En ouvrant cette réunion du groupe "5+5" - cinq pays européens du sud, Espagne, France, Italie, Malte et Portugal - et cinq d'Afrique du Nord, Algérie, Libye, Tunisie, Maroc et Mauritanie - Ahmedou Ould Idey, ministre mauritanien de la Défense, a appelé les pays concernés par les prises d'otages qui se sont récemment multipliées dans cette région, à ne pas verser de rançons.

"Je demande à tous de travailler pour le tarissement des sources du terrorisme et d'acculer les preneurs d'otages dans leurs derniers retranchements en s'abstenant de payer des rançons", a-t-il dit.

M. Ould Idey a également réaffirmé la détermination de son pays à faire face "aux défis sécuritaires dans la région", rappelant que "sa stratégie de frappes préventives et de renforcement des capacités de son armée ont porté leurs fruits".

Gérard Longuet, ministre français de la Défense, a salué devant la presse la stratégie "efficiente" de la Mauritanie dans sa lutte contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et réaffirmé qu'elle pouvait compter sur "le soutien" de la France.

Cette réunion ministérielle du "5+5" est la première depuis les changements de régime dans deux des pays du groupe, la Libye et la Tunisie, et la victoire des islamistes aux législatives de novembre au Maroc.

Oussama Jouili, nouveau ministre libyen de la Défense, a été salué par ses pairs à l'ouverture de la rencontre. La révolution libyenne a provoqué le retour au Mali et au Niger de centaines d'hommes lourdement armés, essentiellement des Touareg, qui avaient combattu aux côtés des forces de Mouammar Kadhafi, accentuant l'instabilité dans le Sahel, déjà affecté par les activités d'Aqmi.

Douze Européens, dont six Français, sont retenus en otage par Aqmi et un groupe dissident.