Intervention militaire en Côte d'Ivoire: un vrai défi pour l'Afrique de l'Ouest

31 décembre 2010 à 9h02 par La rédaction

LAGOS (AFP)

Une éventuelle intervention militaire de l'Afrique de l'Ouest en Côte d'Ivoire pour chasser le président sortant Laurent Gbagbo semble bien plus difficile à réussir que les précédentes interventions en Sierra Leone et au Liberia contre des chefs de guerre, estiment les experts.

La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), qui dispose d'une force d'action rapide en attente, stationnée en Sierra Leone et au Mali, a menacé le 24 décembre d'intervenir militairement dans l'ex-colonie française, en proie depuis un mois à une grave crise post-électorale.

Depuis cette date, trois chefs d'Etat de la région mènent une mission diplomatique entre les camps de Laurent Gbagbo et d'Alassane Ouattara, qui se disputent le pouvoir après un second tour contesté.

Mais dans le même temps, les responsables militaires préparent des plans d'intervention militaire.

"Ca va entrainer beaucoup d'affrontements entre partisans de Gbagbo et Ouattara", avertit Kwesi Aning, chef du département pour la prévention et la résolution des conflits, au Centre international de maintien de la paix "Kofi Annan", basé au Ghana. Gbagbo dispose d'"un fort soutien, il ne va pas se rendre facilement", assure-t-il.

De plus, la Cédéao serait en train de mobiliser une force de 2.000 à 3.000 hommes, mais, pour réussir cette opération, il en faudrait 5.000 à 7.000, estime M. Aning.

Et, pour réussir, l'opération doit être rapide, renchérit Tajudeen Akanji du Centre pour la paix et l'étude des conflits de l'Université nigériane d'Ibadan. "Ils devront agir aussi vite que possible sinon l'homme (Gbagbo)....pourra se renforcer", estime Akanji, pour qui cette opération devrait durer entre deux à quatre semaines.

Un autre expert militaire, le général à la retraite Ishola Williams, secrétaire exécutif du Groupe panafricain de stratégie et de recherche politique est plus catégorique: "une intervention militaire en Côte d'Ivoire ne va pas réussir".

"C'est différent du Liberia et de la Sierra Leone (où la Cédéao est également intervenue dans les années 90).Il n'y a pas de guerre civile.Comment les militaires vont-ils entrer?Vont-ils marcher sur Abidjan?", interroge-t-il.

Gbagbo est un politicien "très intelligent", il a le soutien de la hiérarchie militaire et des jeunes de la rue mobilisés par Charles Blé Goudé, le leader des "Jeunes patriotes", rappelle le général Williams.

A ce jour, aucun pays n'a officiellement annoncé sa participation à cette force régionale.Le Ghana, voisin de la Côte d'Ivoire, a même annoncé jeudi qu'il n'enverrait pas de troupes, faute d'effectifs suffisants de son armée nationale.

Le Nigeria, poids lourd de la région et pays le plus peuplé du continent avec plus de 150 millions d'habitants, devrait être le principal contributeur, mais il doit aussi mobiliser ses troupes pour sa sécurité intérieure.

Avec des élections générales à venir dans quatre mois, sa toujours turbulente région pétrolifère du Delta du Niger, le nord en proie aux violences interreligieuses et les récents attentats dans sa partie centrale, le Nigeria va avoir besoin de beaucoup de forces de sécurité.

Le Nigeria devrait reconsidérer son "rôle de Père Noël", estime Olu Obafemi, chercheur en chef du National Institute of Policy and Strategic Studies, de Jos (centre).

"Nous ne disons pas qu'il ne doit pas intervenir, mais le faire sans léser ses propres intérêts.Il y a beaucoup de menaces intérieures", affirme Obafemi.