JDA du Jeudi 22 Décembre 2011

Par La rédaction

GUINEE : Premier anniversaire de l'accession au pouvoir de l'opposant historique Alpha CONDE. Mais pour quel bilan ? POUR EN PARLER : Deux intervenants représentants la majorité au pouvoir et l'opposition, pour un échange respectueux et fructueux, dans l'intérêt de la Guinée !BAH HOURY, n°2 de l'UFDG (Union des Forces Démocratiques de Guinée), parti de Cellou DIALLO, opposant à Alpha CONDELassana CHERIF AÏDARA, membre de la majorité présidentielle, acteur politique guinéenBien que beaucoup de critiques s'élèvent chez les Guinéens, pour la première fois depuis des années, des réformes ont été entreprises dans tous les domaines : agriculture, mines et infrastructures, même si celles-ci prendront encore du temps avant de produire des effets.Le président de la République a certainement des acquis. Mais ce qui est certain, c'est que la plupart des Guinéens n'ont pas perçu ces derniers au cours des douze mois qui viennent de s'écouler.La raison est en partie liée à une méthode de communication particulièrement brouillonne et manquant d'efficacité. Une ombre qui tient non seulement au manque de diplomatie, de tact et de douceur qui caractérisent très souvent les discours du président de la République en personne. Plus d'une fois, le chef de l'Etat s'est montré sur la défensive et a eu un langage va-t-en-guerre.QUESTIONNEMENTS :_ -Alpha CONDE est le premier président démocratiquement élu en Guinée Conakry. Il a prononcé un discours bilan le mardi 21 décembre dernier, à l'occasion du premier anniversaire de son accession au pouvoir. Que faut-il retenir de son adresse à la Nation ?_ -Alpha CONDE promettait, il y a un an de relever le pays et de restaurer l'Etat de droit. Y-a-t-il un début de réalisation de cette tâche ardue dans un pays qui a connu la dictature pendant 50 ans ?_ -La Guinée est une maison à reconstruire. Peut-on dire qu'Alpha CONDE a commencé à en poser les fondations ? Comment ?_ -La demande sociale est très forte dans ce pays pauvre. Cette demande a-t-elle été satisfaite tant soit peu ? ( prix du sac de riz, graves problèmes d'électricité, assainissement général�?�)_ -A la prise de pouvoir d'Alpha CONDE, c'est d'un pays exsangue et ruiné qu'il a hérité. Quelles ont été les priorités du nouveau pouvoir en matière de redressement du pays ?_ -Les libertés individuelles et collectives ont-elles été rétablies ? La justice a-t-elle connu un début de réorganisation ?_ -Quelques dossiers de fond restent pendants : les événements du Stade du 28 septembre 2009, l'affaire de la tentative d'assassinat du Président, le tribalisme rampant selon l'opposition (les Peulhs essentiellement qui se sentent marginalisés�?�), etc. Qu'en est-il à ce jour ?_ -Les élections législatives prévues pour le 29 décembre ont été reportées sine die. Pourquoi ? Alpha CONDE peine à créer les conditions d'élections législatives acceptables par tous. L'opposition et les bailleurs de fond l'attendent sur ce point. Que doit-il faire ?_ - Qu'en est-il de la CENI dont les activités ont été reportées et suspendues ? Pourquoi l'opposition s'opposait-elle à l'organisation des législatives en l'état ?_ -Les forces de l'ordre guinéennes ont pendant des années eu la gâchette facile et les arrestations souvent sans discernement. Y-a-t-il un mieux en ce domaine ?_ -Un nouveau Code minier a été mis en place par Alpha CONDE. Est-ce une ouverture positive pour le pays ?_ -Le Président de la République a déclaré, dans son discours-bilan : « J'ai hâte de voir la Guinée vivre à la hauteur de son potentiel ». L'impatience des Guinéens trouve-t-elle un début de réponse ?_ -Les associations des Droits de l'Homme sont vent debout en Guinée. Mais elles relèvent quelques progrès faits par le pouvoir CONDE. Quels sont les domaines dans lesquels le pays doit encore fournir des efforts ? En matière de communication, il y a encore des failles. Plus d'une fois, le chef de l'Etat s'est montré sur la défensive et a eu un langage va-t-en-guerre.Une caractéristique qui n'est certainement pas étrangère à la crise politique et à la défiance qui ont été les moments dominants des rapports entre le gouvernement guinéen et la classe politique de l'opposition d'une part, et d'autre part, entre ce même gouvernement et certaines couches socioprofessionnelles du pays.L'autre tâche noire dans la communication gouvernementale porte sur le choix de certains des collaborateurs dont s'est entouré le président de la République. Il est vrai que l'équipe que l'on s'est choisie donne de nous une certaine image. Et le rapport que le pouvoir d'Alpha Condé a notamment entretenu avec la presse guinéenne, au cours de cette année n'aura pas permis d'arranger les choses.A propos, il faut juste rappeler que pendant les 365 jours qui se sont écoulés depuis l'investiture du président Alpha Condé, il n'a pas accordé une seule interview exclusive aux médias guinéens !L'autre chose sur laquelle on aura entendu peu de chose, c'est bien le volet culturel. Mais il n'aura rien dit sur la culture.Mais de tous les "défauts" que l'on peut reprocher au président Alpha Condé, celui relatif à l'incohérence de sa démarche de gouvernance, est l'un des plus importants. Incohérence, mais également contradictions et quelque fois même, de l'amateurisme tout simplement.