L'Afrique du Sud veut être l'un des premiers pays à reconnaître le Sud-Soudan

Par La rédaction

PRETORIA (AFP) - (AFP)

L'Afrique du Sud sera l'un des premiers pays à reconnaître le nouvel Etat du Sud-Soudan, a affirmé mercredi la ministre des Affaires étrangères, Maite Nkoane Mashebane.

Le président Jacob Zuma et elle même seront présents à la déclaration de l'indépendance, samedi à Juba, a-t-elle précisé à des journalistes.

"Il est important que l'Afrique du Sud gère et maintienne un équilibre constant au moment de la séparation du Sud-Soudan du Nord", a-t-elle déclaré.

"L'Afrique du Sud considère le rétablissement de la paix, la sécurité et la stabilité au Soudan comme un élément positif pour la Corne de l'Afrique et pour le continent dans son ensemble", a souligné Mme Nkoane Mashebane, rappelant que "toute instabilité au Soudan a des impacts négatifs sur les neuf pays avec qui ce pays a des frontières".

Pretoria s'inquiète de la recrudescence de la violence au Darfour, à Abyei et au Sud-Kordofan."Nous ne nous contentons pas simplement de suivre la situation, nous nous engageons.Le président Zuma va rencontrer le président (soudanais) Omar el-Béchir vendredi, et toutes ces questions seront sur la table", a-t-elle dit, ajoutant qu'un accord agricole serait signé.

Elle n'a pas précisé si la rencontre aurait lieu à Juba ou à Khartoum.

La ministre a rendu hommage au panel de l'Union africaine dirigée par l'ancien président sud-africain Thabo Mbeki, qui a négocié un règlement selon lequel les troupes soudanaises doivent quitter Abyei pour être remplacés par 4.200 soldats éthiopiens.

Le statut final de la zone d'Abyei, revendiquée par le Nord et le Sud Soudan, est l'un des conflits qui doit encore trouver solution avant que le Sud ne déclare formellement son indépendance samedi 9 juillet.

Celle-ci a été acquise aux termes d'un accord de 2005 qui a mis fin à une guerre civile qui a fait quelque 2 millions de morts.