La Chine critiquée aux Etats-Unis après avoir invité le président soudanais à Pékin

Par La rédaction

WASHINGTON (AFP) - (AFP)

Pékin fait l'objet de critiques aux Etats-Unis après avoir invité jeudi le président soudanais Omar el-Béchir à effectuer une visite du 27 au 30 juin en Chine, alors qu'il est poursuivi pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide au Darfour.

Au cours de cette visite, le président Omar el-Béchir rencontrera notamment son homologue Hu Jintao, a indiqué Hong Lei, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Le représentant américain Frank Wolf, qui s'est rendu au Darfour où le gouvernement soudanais est accusé d'avoir mené un génocide, a indiqué qu'il avait constaté sur place que la Chine avait fourni des avions et des hélicoptères utilisés dans le cadre de ce conflit.

"Le premier soutien au génocide perpétré au Darfour qui inquiète tant de personnes est le gouvernement chinois", a déclaré ce républicain de Virginie (est).

"Et maintenant nous apprenons qu'ils accueillent Omar el-Béchir.Qu'est-ce qu'il nous faut de plus?Des vies sont en jeu", a-t-il insisté.

Pour Balkees Jarrah, de l'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch, la "Chine va se distinguer de la façon la plus honteuse sur la scène internationale si Pékin accueille le président Omar el-Béchir", a-t-elle dit.

"Les accusations de meurtres et viols massifs devraient lui valoir une condamnation, pas une invitation", a-t-elle dit.

Pékin entretient des relations privilégiées avec le Soudan, première destination des investissements chinois en Afrique et troisième partenaire commercial de Pékin sur ce continent.

La Chine vend notamment des armes et achète du pétrole au régime de Khartoum et est considérée à ce titre comme un acteur clé pour toute solution de paix.

Omar el-Béchir fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) depuis 2009.Il est poursuivi pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide au Darfour, vaste région de l'ouest du Soudan.

Les statuts de la CPI obligent les pays membres à arrêter le président soudanais s'il se rend sur leur sol.La Chine n'est pas un pays membre de la CPI.