La famille d'une militante kényane retrouvée morte craint une "dissimulation"

Par AFP

AFRICA RADIO

La famille d'une militante kényane disparue pendant une semaine avant d'être retrouvée morte a dit craindre une volonté d'"étouffer" la vérité et exigé une autopsie après que la police eut attribué le décès de la jeune femme à un avortement raté.

Caroline Mwatha a disparu mercredi de la semaine dernière, ce qui a incité Amnesty International à tirer la sonnette d'alarme en raison de son militantisme contre les exécutions extrajudiciaires imputées à la police.La police a déclaré mardi l'avoir retrouvée dans une morgue de Nairobi et que des enquêtes avaient mis en évidence "un avortement prévu d'une grossesse de cinq mois".Selon un communiqué du directeur des enquêtes criminelles George Kinoti, Caroline Mwatha a communiqué avec un petit ami qui lui a envoyé 60 dollars (53 euros) pour obtenir l'avortement, une intervention illégale au Kenya sauf si la vie de la femme est en danger, et elle a été admise à la morgue sous un faux nom jeudi dernier. Il a indiqué que six personnes, dont le propriétaire de la clinique, un médecin et le petit ami présumé, avaient été arrêtées.Cependant, sa famille et de nombreux Kényans ont des doutes sur la cause de la mort de la militante en raison d'une longue histoire de violence étatique, de brutalités policières et d'exécutions extrajudiciaires restées impunies."Nous n'avons jamais vu Caro avec une grossesse, elle n'était pas enceinte, comment a-t-elle pu avorter ?", a dit son père Stanslus Mbai aux journalistes de la morgue."C'est un casse-tête pour nous. Très étrange parce que j'ai regardé le corps. Elle a une coupure profonde à la cuisse et au ventre. C'est un avortement ?", a-t-il ajouté.Il s'est également demandé pourquoi le téléphone de sa fille n'arrêtait pas de sonner pendant sa disparition et a dit avoir reçu un appel manqué depuis son numéro alors qu'elle aurait été déjà morte."Beaucoup de choses clochent. C'est une tentative d'étouffement. Nous voulons la vérité et rien que la vérité", a-t-il dit, exigeant "une autopsie indépendante pour connaître la vérité".Les autorités ont indiqué attendre l'arrivée du médecin légiste de Naivasha, à quelque 80 kilomètres de la capitale, pour procéder à l'autopsie.