La neige en Europe fait frissonner les opérateurs touristiques d'Afrique de l'Est

Par La rédaction

PORT-LOUIS (AFP)

Le chaos dans les transports aériens européens provoqué par la neige inquiète les responsables touristiques en Afrique de l'Est et dans l'océan Indien, à l'orée de la saison traditionnellement la plus lucrative.

Alors que les aéroports européens entament un lent retour à la normale, les retards accumulés dans les départs et les annulations pures et simples risquent de peser sur le chiffre d'affaires d'un secteur crucial pour l'économie régionale.

"Ces perturbations vont sans aucun doute avoir un impact sur notre performance économique pour décembre", a déclaré à l'AFP le président d'Air Mauritius, Donald Payen.

Maurice accueille habituellement 110.000 touristes pour le seul mois de décembre, le plus chargé de l'année.Le mois de novembre, marqué par 85.000 visiteurs et une augmentation de 9,5 pc par rapport au même mois de l'année précédente, laissait augurer un record pour ce mois-ci, avant les chutes de neige en Europe.

"Nous avons eu à faire face à une situation difficile, et nous sommes soulagés de voir que les choses paraissent se calmer" en Europe, ajoute M. Payen.

Les aéroports européens tentaient en cette fin de semaine de profiter du redoux pour rattraper leur retard dans l'acheminement des voyageurs, après plusieurs jours de chaos complet et des centaines de passagers contraints de dormir dans les aérogares.

"Cela nous affecte", a commenté à l'AFP le ministre ougandais du Tourisme, Serapio Rukundo."Cette saison est un moment important pour notre industrie touristique.Les Européens aiment venir chez nous se reposer, mais vous avez également des Ougandais à l'étranger qui essayent de rentrer chez eux", a poursuivi M. Rukundo, tout en soulignant qu'il était trop tôt pour chiffrer les pertes subies.

Les compagnies aériennes les plus affectées par les intempéries, comme British Airways et KLM, sont parmi celles qui desservent le plus régulièrement l'aéroport d'Entebbe, près de la capitale ougandaises Kampala.

"Les arrivées n'ont pas atteint le niveau attendu.Nous avons normalement un accroissement du trafic en cette période de l'année, mais nous avons subi les effets" des intempéries, constate Ignie Igundura, porte-parole de l'Autorité ougandaise du transport aérien civil, qui parie cependant sur un retour à la normale au cours du week-end.

Au Kenya, principale plaque tournante régionale du trafic aérien, où les résidences en bordure de l'océan Indien sont réservées depuis des mois, les yeux sont également tournés vers les cieux européens."Cela fait partie des choses qui arrivent", commente Jake Grieves-Cook, président sortant de l'Office national du tourisme."Nous espérons sincèrement que le redoux va continuer" en Europe.

Le gouvernement kényan espère tirer l'équivalent d'un milliard d'euros de revenus du tourisme cette année, après avoir fait état d'une augmentation de 14% de la fréquentation pour les huit premiers mois de l'année avec 701.691 visiteurs.