La Tanzanie dénonce des "rumeurs" au sujet de possibles cas d'Ebola sur son sol

3 octobre 2019 à 14h51 par AFP

AFRICA RADIO

La Tanzanie a une nouvelle fois assuré jeudi qu'il n'y avait pas de cas d'Ebola dans le pays, dénonçant des "rumeurs que tout le monde devrait ignorer", après que les États-Unis et le Royaume-Uni ont mis en garde leurs concitoyens contre cette possibilité.

"Il n'y a eu aucun cas confirmé d'Ebola en Tanzanie", a affirmé la ministre tanzanienne de la Santé, Ummy Mwalimu, lors d'une conférence de presse à Dar es Salaam."Les informations circulant sur la présence d'Ebola ici sont juste des rumeurs que chacun devrait ignorer (...) Plutôt que de répandre des rumeurs et exprimer la méfiance, notre priorité maintenant est de préparer notre réponse au cas où (le virus atteindrait la Tanzanie)", a ajouté la ministre.La Tanzanie a une frontière commune avec la République démocratique du Congo (RDC), où une épidémie d'Ebola a fait plus de 2.100 morts en un peu plus d'un an.Selon la ministre, depuis le début de l'épidémie en RDC, la Tanzanie a identifié 28 cas suspects d'Ebola, dont deux en septembre, qui se sont tous révélés négatifs.Mardi, le Royaume-Uni a mis à jour ses conseils aux voyageurs, disant qu'il était "probable" qu'une personne avait succombé récemment à la fièvre hémorragique Ebola en Tanzanie.Le Département d'État américain a fait de même, en évoquant des informations non officielles selon lesquelles une personne serait morte en Tanzanie "probablement d'Ebola".Mme Mwalimu a reconnu que la menace était "réelle" en Tanzanie, en raison de sa proximité avec la RDC.Elle a indiqué que les contrôles pour Ebola dans les aéroports et aux frontières terrestres seraient renforcés, et a appelé la communauté internationale à soutenir le pays dans ses efforts contre le virus.Fin septembre, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait déploré le manque d'informations des autorités tanzaniennes sur de possibles cas de contamination à Ebola, synonyme pour l'organisation des Nations unies de "défi pour évaluer le risque posé".L'OMS avait indiqué ne pas avoir de confirmation de contamination à l'Ebola en Tanzanie, tout en s'interrogeant sur les causes du décès d'une personne présentant des symptômes compatibles avec cette fièvre hémorragique et du fait que certains de ses proches seraient à leur tour tombés malades.L'organisation avait regretté n'avoir reçu des autorités tanzaniennes "aucun autre détail sur ces cas", "malgré plusieurs demandes" en ce sens.Le gouvernement tanzanien avait quelques jours plus tard convoqué la représentante de l'OMS dans le pays pour lui demander des explications.