Le Polisario demande une enquête de l'ONU sur les violences au Sahara

Par La rédaction

NEW YORK (Nations unies) (AFP)

Le représentant du Polisario à l'ONU Ahmed Bujari a annoncé lundi avoir remis une lettre au Conseil de sécurité demandant une enquête des Nations unies sur les violences au Sahara occidental, menaçant de ne pas poursuivre les négociations avec le Maroc.

"J'ai remis une lettre dans ce sens au président du Conseil de sécurité" de l'ONU."Il faut connaître toute la vérité sur ce qui s'est passé", a déclaré M. Bujari à l'AFP.

"Nous craignons de ne jamais connaître ce qui s'est vraiment passé.Le seul moyen est une mission pour établir les faits", a-t-il ajouté."Sinon, nous ne pourrons pas continuer à négocier comme si rien ne s'était passé.Nous avons le droit à la vérité, toute la vérité".

Le 8 novembre, les forces marocaines ont démantelé par la force un camp de toile, au sud de Lâayoune, chef-lieu du territoire, où jusqu'à 15.000 Sahraouis s'étaient installés depuis la mi-octobre pour protester contre leurs conditions de vie.

Le bilan officiel marocain a fait état de douze morts, dont dix parmi les forces de l'ordre, et de 163 arrestations.

Mais le Front Polisario, soutenu par Alger, qui milite pour l'indépendance de ce territoire, accuse Rabat d'avoir fait des "dizaines" de morts et plus de 4.500 blessés au cours des violences qui ont suivi le démantèlement du camp, à Lâayoune et à Smara, autre ville importante du territoire.