Le Premier ministre turc Erdogan entame au Caire sa tournée dans les pays du Printemps arabe

Par La rédaction

LE CAIRE (AFP) - (AFP)

 Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, critique virulent d'Israël, entame une tournée dans les pays du "Printemps arabe" lundi au Caire, centre d'une intense activité diplomatique autour de la reconnaissance d'un Etat palestinien à l'ONU.

Le président palestinien Mahmoud Abbas est lui aussi en visite au Caire pour participer à une réunion de la Ligue arabe, puis rencontrer la chef de la diplomatie de l'Union européenne, Catherine Ashton, en route pour Israël.

M. Erdogan doit aussi visiter la Tunisie et la Libye, où les soulèvements populaires ont chassé, comme en Egypte, les dirigeants autocratiques du pouvoir.L'objectif est d'établir des liens étroits avec les nouvelles autorités, au moment où les relations de la Turquie avec Israël, jadis son allié, sont au plus bas.

La Turquie a expulsé l'ambassadeur d'Israël après une dispute liée à l'affaire du raid meurtrier de la marine israélienne en 2010 contre un ferry turc (9 morts) faisant partie d'un convoi humanitaire en route pour Gaza, et l'ambassade d'Israël au Caire a été attaquée par des manifestants en colère, forçant l'ambassadeur à fuir.

Ces développements, de même que l'offensive palestinienne en vue d'une demande d'adhésion d'un Etat de Palestine à l'ONU, ont suscité des craintes en Israël, de plus en plus isolé.

Il faut "débattre de ce qui se passe avec la Turquie, avec l'Egypte et avec les Palestiniens", a dit le ministre israélien de la Défense Ehud Barak après avoir appelé dimanche à une réunion d'urgence du cabinet de sécurité.

M. Erdogan a renouvelé ses attaques contre Israël dans le journal égyptien Al-Shourouk: "Israël est devenu un enfant gâté (...) Non seulement il pratique un terrorisme d'Etat contre les Palestiniens, mais il a commencé à agir de manière irresponsable".

"Israël ne veut pas reconnaître ses erreurs ou que le monde autour de lui a changé", a-t-il ajouté, en allusion au refus d'Israël de présenter des "excuses" pour son raid meurtrier.

M. Erdogan, un fervent défenseur de la cause palestinienne, devenu une figure populaire dans la rue arabe en raison de ses virulentes attaques verbales contre l'Etat hébreu, est attendu dans la soirée au Caire.

Le lendemain, il s'adressera à une réunion ministérielle de la Ligue arabe et s'entretiendra avec les responsables égyptiens.

Accompagné de plusieurs ministres, de hauts responsables et de chefs d'entreprise, il s'entretiendra avec le maréchal Hussein Tantaoui, le chef d'Etat de facto de l'Egypte.

Les deux pays signeront une "déclaration de coopération stratégique" durant la visite, la première de M. Erdogan au Caire depuis la chute du régime d'Hosni Moubarak en février, selon le quotidien égyptien Al-Ahram.

De son côté, M. Abbas participera lundi soir à une réunion spéciale du comité de suivi arabe sur le processus de paix israélo-palestinien, à quelques jours de son départ pour New York pour demander une adhésion de l'Etat de Palestine à l'ONU.

La direction palestinienne a confirmé son intention de présenter une telle demande le 20 septembre, mais elle doit encore annoncer si elle choisit de passer par le Conseil de sécurité ou par l'Assemblée générale.

Les Etats-Unis ont choisi d'opposer leur veto à cette initiative au Conseil de sécurité, disant favoriser une reprise des négociations de paix bloquées depuis un an.

"Nous irons à l'ONU pour obtenir une reconnaissance internationale de l'Etat de Palestine, malgré (...) les menaces américaines de suspendre une aide annuelle de 470 millions de dollars", a dit M. Abbas.

M. Erdogan sera mercredi en Tunisie, puis jeudi en Libye où il effectuera la première visite d'un chef de gouvernement étranger depuis la chute de Tripoli.