Les deux Soudan vont commencer à délimiter leur frontière

Par La rédaction

KHARTOUM (AFP) - (AFP)

Le Soudan et le Soudan du Sud vont commencer à délimiter leur frontière, dans un nouvel effort pour éloigner les risques de nouveau conflit plus de sept mois après la partition, a annoncé jeudi un négociateur soudanais.

Au cours des discussions menées cette semaine à Addis Abeba, un comité conjoint a "conclu un accord pour commencer immédiatement à délimiter la frontière.Cela doit être terminé dans les trois mois", a déclaré à la presse Yahya Hussein, membre de l'équipe de négociateurs envoyés par Khartoum.

Les deux pays sont déjà d'accord sur 90% du tracé, et seules cinq zones posent encore problème, a-t-il précisé.

Le Soudan du Sud a fait sécession le 9 juillet, au terme d'un processus engagé après 21 ans d'une guerre civile qui a fait deux millions de morts.

Mais malgré les engagements des dirigeants, nombre de questions restées en suspens au moment de la partition n'ont pas été réglées et les tensions montent.

Chaque pays accuse ainsi l'autre de soutenir des mouvements rebelles pour semer le trouble chez le voisin, et surtout, les deux pays ne parviennent pas à s'entendure sur le partage des revenus pétroliers, essentiels pour leurs économies.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a mis en garde contre une escalade des tensions, et Londres a exprimé mercredi "sa grande inquiétude" devant l'envoi de renforts militaires dans les zones frontalières.

Juba et Khartoum ont signé vendredi un accord de non-agression, s'engageant à respecter "leur intégrité territoriale respectives".Mais signe des tensions, l'armée sud-soudanaise a accusé le Nord d'avoir repris des bombardements dès dimanche.

L'armée soudanaise a également suspendu le rapatriement des Sud-Soudanais par voie fluviale, affirmant que les embarcations descendant le Nil étaient utilisées par le Sud pour renforcer ses troupes à la frontière.

Les Sud-Soudanais vivant au Soudan - qui seraient encore 700.000 - ont jusqu'à avril pour gagner le Soudan du Sud ou normaliser leur situation auprès des autorités de Khartoum.