Mali: l'ONU inquiète des fake news sur les réseaux sociaux

Par AFP

AFRICA RADIO

Le Haut-Commissariat des droits de l'Homme de l'ONU s'est inquiété vendredi de "la prolifération" des fake news et des incitations à la violence sur les réseaux sociaux au Mali, qui risquent d'"enflammer" une situation déjà extrêmement tendue.

"Nous avons des informations selon lesquelles les réseaux sociaux ont été partiellement bloqués, c'est inquiétant car il est important que la population ait accès à l'information", a reconnu la porte-parole du Haut-Commissariat Liz Throssell."Mais dans le même temps il y a des inquiétudes sur les nombreuses fake news propagées par les réseaux, les messages en ligne qui incitent à la violence", a-t-elle dit lors du briefing de l'ONU."Concernant les fake news, il y a clairement une prolifération, et cela risque d'exacerber encore les tensions", a-t-elle mis en garde.Toutefois, "cela ne justifie pas de fermer l'internet", a-t-elle précisé.Elle a réitéré l'appel de l'ONU à toutes les parties de faire preuve de "retenue", alors que la situation reste très volatile dans le pays plongé dans la crise.Bamako a connu la semaine dernière trois jours de troubles civils lors de manifestations contre le président Ibrahim Boubacar Keïta, qui ont fait 11 morts et 158 blessés selon le gouvernement malien - l'ONU parle d'au moins 14 manifestants tués -.Cette contestation se déroule dans un pays déjà confronté au jihadisme, aux violences de toutes sortes et à la pauvreté.