Dépêches AFP

Mozambique: un groupe jihadiste revendique des attaques dans le nord

26 mars 2020 à 11h22 Par AFP
Un groupe jihadiste qui a attaqué deux villes du nord du Mozambique cette semaine a publié une vidéo revendiquant ces opérations, sa première communication officielle en deux ans et demi, depuis qu'il sème la terreur dans la région. Lundi, des insurgés islamistes ont occupé toute la journée la ville de Mocimboa da Praia (nord), où ils ont détruit des bâtiments officiels, des banques et des installations militaires, selon une source militaire. Ils se sont ensuite retirés de la ville.Mercredi, ils sont entrés dans Quissanga (nord), localité plus au sud, où ils ont pris le contrôle du quartier général de la police, selon une source policière.Sur une vidéo postée jeudi sur les réseaux sociaux, un homme en tenue de camouflage, le visage masqué, revendique les opérations: "Mes frères, nous sommes ici à Quissanga. Vous qui nous regardez, nous vous appelons à venir vous battre sous ce drapeau", lance-t-il, lourdement armé et brandissant un drapeau noir et blanc avec des inscriptions en arabe."On ne se bat pas pour devenir riches, nous voulons simplement l'application de la loi islamique", explique-t-il, en portugais, la langue officielle du Mozambique.Cette vidéo est authentique, a estimé jeudi le spécialiste Eric Morier-Genoud, de l'université de Belfast.Elle "fait écho à une autre vidéo qui a circulé en janvier 2018, quand la même personne avait appelé les Mozambicains à rejoindre la lutte pour l'application de la charia", a-t-il souligné, se basant notamment sur la voix, la stature et l'accent de l'homme qui s'exprime pour l'identifier.Cette vidéo montre "la continuité (...) dans le programme et dans la direction" du groupe jihadiste, a-t-il estimé. "Ce n'est pas un message et un programme sophistiqués. Mais c'est très clair: la charia et un Etat islamique". Les insurgés avaient jusqu'à présent attaqué essentiellement des villages reculés, mais leurs dernières opérations laissent suggérer que "le mouvement (...) se renforce", a encore dit Eric Morier-Genoud à l'AFP. Il "ne s'étend pas" pour autant, a-t-il cependant ajouté, précisant que les insurgés étaient "liés avec l'Etat islamique (EI)".L'EI a revendiqué cette semaine l'attaque lundi de Mocimboa da Pria.Les insurgés mozambicains, dont les motivations étaient encore mystérieuses jusqu'à la vidéo de jeudi, opèrent depuis octobre 2017 dans toute la province à majorité musulmane du Cabo Delgado, riche en importants gisements gaziers sous-marins.Ils y multiplient les attaques meurtrières contre les villageois et les forces de sécurité. Ces violences ont fait au moins 900 morts, selon un décompte de l'ONG Armed Conflict Location and Event Data Project (Acled), et ont causé le déplacement d'au moins 150.000 personnes, selon les autorités provinciales.