Nigeria: 15 enfants enlevés par des hommes armés, rançon demandée

Par La rédaction

LAGOS (AFP)

Des hommes armés ont enlevé dans le sud pétrolifère du Nigeria 15 enfants à bord d'un car scolaire et ont réclamé mardi une rançon de près de 100.000 euros, a annoncé la police.

"Des hommes armés se sont emparés hier (lundi) d'un car scolaire et ont enlevé 15 enfants emmenés vers une destination inconnue", a indiqué à l'AFP le porte-parole de l'Etat d'Abia, Geofrey Ogbonna.

"Les ravisseurs ont contacté (le directeur de l'école privée) et ont demandé 20 millions de nairas (128.900 dollars, 95.650 euros)", a-t-il ajouté.

L'attaque a eu lieu à Aba, dans l'Etat d'Abia, l'un des Etats du delta du Niger, région richissime en hydrocarbures, où opèrent de nombreuses compagnies pétrolières internationales.

"Nous tentons de localiser l'endroit où les enfants sont détenus afin de les libérer", a poursuivi le porte-parole, précisant qu'ils n'auraient pas été blessés au cours de l'enlèvement.

Les malfaiteurs qui circulaient à bord d'une berline ont forcé le car à s'arrêter en lui coupant la route puis braqué une arme sur le chauffeur avant de prendre le contrôle du véhicule et partir avec les élèves de la Abayi International School away, selon M. Ogbonna.

Ces enfants seraient tous de nationalité nigériane et issus de foyers aisés, a-t-il précisé.

Une autre source policière a précisé à l'AFP qu'ils étaient âgés de 3 à 10 ans.

Les enlèvements dans le delta du Niger sont très fréquents.Ils sont généralement le fait de groupe armés, certais affirmant agir pour une plus juste répartition de la manne pétrolière, d'autre étant de simples gangs criminels.

La plupart du temps, les victimes sont relâchées au bout de quelques jours ou semaines après le versement d'une rançon.

Autrefois limités à la région du delta, où les ravisseurs ciblaient en particulier les employés expatriés de l'industrie pétrolière, ces enlèvements sont désormais de plus en plus fréquents dans l'ensemble du pays et visent des hommes politiques et leur entourage, des dignitaires religieux ou encore des acteurs.