Nigeria: vers un dialogue avec les rebelles du delta ?

Par La rédaction

Abuja (AFP)

Le Nigeria envisage des pourparlers de paix avec les rebelles issus de la région pétrolière du delta du Niger, dont les attaques ont fait chuter la production de brut, a déclaré lundi le secrétaire d'�?tat pour les ressources pétrolières, Emmanuel Ibe Kachikwu.

L'armée a déployé des navires armés et des avions de combat dans cette région marécageuse, dans le sud, afin de traquer les Vengeurs du delta du Niger (NDA), un groupe rebelle qui a revendiqué plusieurs attaques contre des installations pétrolières depuis février.

Mais lundi soir, M. Kachikwu a déclaré à la presse que cette opération militaire allait être suspendue "pour une semaine ou deux afin de permettre aux individus (...) de converger vers le dialogue".

Le président Muhammadu Buhari "est intéressé par le dialogue et il a ordonné à l'armée de stopper ses actions pour deux semaines afin de permettre à l'équipe, dirigée par le conseiller national à la sécurité, de dialoguer avec les rebelles et de s'assurer du retour de la paix dans la région" a-t-il poursuivi.

Les NDA s'en sont déjà pris aux installations des filiales nigérianes des grands groupes pétroliers étrangers Shell, ENI, Chevron, et de la compagnie d'Etat nigériane NNPC, dirigée par M. Kachikwu.

Selon lui, ces attaques ont fait chuter la production de brut à 1,6 million de barils par jour, bien en-deça des 2,2 millions prévus dans le budget 2016.

M. Kachikwu a insisté sur le fait que le gouvernement était déterminé à ramener "une paix véritable dans cette région où la production pétrolière a été très affectée par les activités des NDA". 

"La balle est dans leur camp, si les rebelles sont prêts à engager le dialogue", a-t-il ajouté.

On soupçonne les NDA d'avoir le soutien de "Tompolo", un ancien leader du Mouvement pour l'émancipation du Delta du Niger (MEND), un groupe rebelle très actif dans cette région dans les années 2000.Tompolo, en fuite, est poursuivi pour corruption et blanchiment d'argent.