Opposants détenus au Rwanda: appel à "une intervention urgente" de l'ONU

18 octobre 2010 à 11h42 par La rédaction

NAIROBI (AFP)

L'opposition rwandaise a appelé lundi à "une intervention urgente" du Conseil de sécurité de l'ONU en vue de la remise en liberté de Victoire Ingabire, arrêtée la semaine dernière à Kigali, et d'autres "prisonniers politiques".

Les signataires soulignent avoir appelé en vain les autorités rwandaises à libérer ces personnalités.

L'appel est lancé par le Conseil consultatif permanent de l'opposition regroupant les Forces démocratiques unifiées (FDU) présidées par Mme Ingabire, le Parti social (PS) Imberakuri et le Parti démocratique vert du Rwanda, une formation créée par des transfuges du Front patriotique rwandais (FPR) au pouvoir.

La plate-forme "lance un appel fort pour une intervention urgente du Conseil de sécurité des Nations Unies dans la crise politique rwandaise", dans une lettre ouverte adressée au Conseil.

"L'opposition rwandaise est convaincue que votre intervention urgente aidera à sortir de la crise politique actuelle dans le pays et à parvenir à une paix durable dans la région des Grands lacs d'Afrique", affirment les signataires.

Des trois partis membres du Conseil consultatif, seul le PS est reconnu par les autorités rwandaises.

Arrêtée jeudi pour sa participation présumée à "la création d'une organisation terroriste", la présidente des FDU était déjà sous contrôle judiciaire depuis avril.

Outre Mme Ingabire, l'opposition demande la remise en liberté, entre autres, du président-fondateur du PS, Bernard Ntaganda incarcéré depuis juin, du président du Pacte de défense du peuple (PDP) Déo Mushayidi condamné à la perpétuité et de l'ex-ministre Charles Ntakirutinka.