RDC: HRW appelle les autorités à arrêter un chef rebelle recherché

Par AFP

AFRICA RADIO

Les autorités congolaises doivent arrêter un chef rebelle recherché pour des crimes commis dans l'est de la République démocratique du Congo, où son groupe est accusé de connivence avec l'armée régulière, a demandé mardi l'ONG Human Rights Watch (HRW).

Depuis 2014, les rebelles du Nduma Defense of Congo-Rénové (NDC-R) dirigé par Guidon Shimiray Mwissa "ont tué des dizaines d'hommes, de femmes et d'enfants" dans des territoires du Nord-Kivu, a écrit HRW dans un rapport. Selon les relevés du Baromètre sécuritaire du Kivu, le groupe NDC-R a tué plus de 130 civils depuis 2018.Sous sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies depuis le 1er janvier 2018, Guidon Shimiray, 40 ans, est visé par un mandat d'arrêt émis à son encontre le 7 juillet 2019 par les autorités congolaises.HRW "n'a pas été en mesure de répertorier la moindre tentative d'arrêter Guidon de la part des autorités congolaises ou des forces de maintien de la paix des Nations unies. Au contraire, des preuves attestent que des éléments de l'armée congolaise ont collaboré avec le NDC-R"."Les autorités congolaises devraient non seulement stopper Guidon, mais aussi tous les officiers de l'armée qui lui ont permis de se soustraire à la justice", a estimé Thomas Fessy, chercheur principal pour la RDC à HRW."Il est temps d'aller de l'avant avec l'arrestation des seigneurs de guerre, en incluant Guidon au Nord-Kivu, et d'enquêter en profondeur sur leurs soutiens au sein de l'appareil sécuritaire congolais", a renchéri l'ambassadeur du Canada Nicolas Simard, en partageant sur Twitter le rapport de HRW.Les troupes gouvernementales cherchent "activement à arrêter Guidon", a assuré le major Guillaume Njike, porte-parole de l'armée pour le Nord-Kivu, cité par HRW.En juillet, une scission a eu lieu au sein du NDC-R. Le numéro 2 du mouvement, Gilbert Bwira, a annoncé la destitution de Guidon Shimiray.La scission "a provoqué la reddition d'environ 500 de ses combattants", selon le Baromètre sécuritaire du Kivu (KST), selon qui le NDC-R contrôlait "le plus vaste territoire rebelle du Kivu". Ces combattants, partisans de Gilbert Bwira, sont cantonnés sur une base de l'armée congolaise près de Goma.Des combats entre les deux factions ont fait des victimes.Les NDC prétendent lutter contre les rebelles hutu rwandais du FDLR. "Le groupe a à maintes reprises été accusé de bénéficier du soutien de l'armée congolaise lors de ses campagnes militaires", notent les experts du KST.