RDC: tensions à Lubumbashi après l'arrestation d'un pasteur pro-Kabila

Par AFP

AFRICA RADIO

Des troubles ont éclaté mardi à Lubumbashi, deuxième ville de la République démocratique du Congo, après l'arrestation d'un pasteur favorable à l'ancien président Joseph Kabila, sur fond de tensions politiques avec son successeur, l'actuel président Félix Tshisekedi.

M. Kabila se trouve lui-même à Lubumbashi, capitale de son fief du Katanga où il s'est replié mi-décembre après que M. Tshisekedi a annoncé la rupture de leur coalition au sommet de l'Etat à Kinshasa.Ancien président de la Commission électorale en 2011, à l'époque du régime Kabila (2001-2019), le pasteur Ngoy Mulunda a été arrêté lundi par les services de sécurité, ont rapporté plusieurs sources.L'Association congolaise pour l'accès à la justice (Acaj) s'est déclarée "vivement préoccupée par la violence" de son interpellation.Aucune raison officielle n'a été donnée.D'après plusieurs sources, le pasteur est poursuivi pour avoir posé des conditions au maintien du Katanga dans le giron de l'unité nationale congolaise, samedi, lors d'un culte à la mémoire de "Kabila père", l'ancien président Laurent-Désiré Kabila assassiné il y a tout juste 20 ans, le 16 janvier 2001.Selon une vidéo partagée sur les réseaux sociaux, le pasteur a mis en garde dans son homélie le pouvoir central de Kinshasa et ses dirigeants: "S'ils ne veulent pas que le Katanga se coupe (du reste de la RDC, ndr), ils doivent respecter nos dirigeants et plus particulièrement notre leader du Katanga, le président honoraire, le sénateur à vie, Joseph Kabila Kabange".Dans un communiqué, l'ONG la Voix des Sans voix (VSV) a condamné les propos du pasteur "frisant des velléités sécessionnistes".Le Katanga a fait brièvement sécession juste après l'indépendance entre 1960 et 1963.Des incidents ont éclaté mardi après-midi à proximité du palais de justice où le pasteur devait être présenté au Parquet, a constaté un correspondant de l'AFP.Des jeunes d'une association culturelle katangaise sont venus manifester leur soutien au pasteur.Des échauffourées ont éclaté avec des chauffeurs de motos-taxis, traditionnellement sympathisants du parti présidentiel UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social) et originaires du Kasaï voisins, tout comme le président Félix Tshisekedi.Les chauffeurs de motos-taxis ont ensuite saccagé le siège de l'association culturelle katangaise.Des tensions anciennes existent entre "Katangais" et "Kasaïens", sur fond du souvenir des événements de 1992, quand des Baluba du Kasaï ont été tués par centaines et déplacés par dizaines de milliers au Katanga.