RDC: un an après, les droits humains toujours menacés (Amnesty, ONG)

Par AFP

AFRICA RADIO

Les droits humains et de la presse sont toujours menacés en République démocratique du Congo, un an après la première transition pacifique dans l'histoire du pays, ont estimé Amnesty International et l'ONG Journalistes en danger, vendredi, jour anniversaire de l'investiture du président Félix Tshisekedi.

"L'insécurité et l'impunité continuent d'entraver la progression des droits humains en République démocratique du Congo", a déclaré Amnesty International dans un communiqué publié vendredi.L'organisation de défense des droits humains dénonce "plusieurs cas récents de manifestations pacifiques interdites ou dispersées avec violence".L'ONG reproche au nouveau président son manque de volonté pour obliger "les auteurs présumés d'atteintes aux droits humains à répondre de leurs actes"."Il n'est donc pas surprenant que l'impunité ait régné ces 12 derniers mois : seule une poignée d'enquêtes et de procès concernant des atteintes aux droits humains ont eu lieu", écrit Amnesty.L'ONG s'inquiète du sort "des civils sans protection" dans l'Est, où deux "seigneurs de guerre" sont en liberté malgré des mandats d'arrêt émis à leur encontre.Il s'agit de Guidon Shimiray Mwissa, du groupe armé NDC-R, poursuivi depuis juin 2019 par un tribunal militaire pour le recrutement d'enfants soldats et des viols.Il s'agit également de Gédéon Kyungu Mutamba, qui s'est "rendu" en 2016 "mais demeure en liberté, engagé en politique dans l'ancienne province du Katanga", affirme Amnesty.Tout en saluant "des mesures positives" comme la "libération des prisonniers politiques" et le "retour des exilés", Amnesty souligne que "le rétablissement de la justice et le respect total des droits humains et de l'état de droit doivent être au centre de toute action entreprise" par le gouvernement du chef de l'Etat.De son côté, l'ONG de défense de la presse Journaliste en danger (JED, partenaire de Reporters sans frontières) a dressé un "bilan inquiétant" de cette première année de mandat.Dans son rapport, JED affirme avoir documenté une centaine de cas d'atteinte à liberté de la presse: un journaliste assassiné en novembre, 41 professionnels des médias menacés, 14 journalistes détenus ou interpellés.Investi président de la République il y a un an jour pour jour, M. Tshisekedi avait promis de faire de la presse "un véritable quatrième pouvoir" en République démocratique du Congo. Le combat pour un Etat de droit est aussi une de ses promesses phares.M. Tshisekedi gouverne en coalition avec les forces fidèles à son prédécesseur Joseph Kabila, majoritaires au Parlement.