Rohingyas : 1ère audience de la CIJ en décembre sur la plainte de la Gambie

18 novembre 2019 à 18h10 par AFP

AFRICA RADIO

La Cour internationale de justice (CIJ) tiendra du 10 au 12 décembre sa première audience sur la plainte de la Gambie contre la Birmanie, qu'elle accuse de génocide contre sa minorité musulmane rohingya, a annoncé lundi la plus haute instance judiciaire de l'ONU.

La Cour, basée à La Haye, "tiendra des audiences publiques sur l'affaire" qui "seront consacrées à la requête en vue de mesures conservatoires déposée par la République de Gambie", a-t-elle expliqué dans un communiqué.Le petit pays africain à majorité musulmane, qui agit au nom des 57 pays membres de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), demandera lors de cette audience à la Cour de prendre une injonction d'urgence pour protéger les Rohingyas en attendant une décision sur l'admissibilité de la plainte.Quelque 740.000 Rohingyas ont fui depuis août 2017 les exactions de l'armée birmane et de milices bouddhistes, qualifiées de "génocide" par des enquêteurs de l'ONU. La Gambie, qui accuse la Birmanie d'avoir violé la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, demande notamment à la CIJ d'ordonner à la Birmanie de "cesser ses actes de génocide, d'en punir les auteurs et d'offrir des réparations aux victimes rohingyas". Tout pays signataire de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide a le droit d'intenter une action en justice contre un autre Etat signataire devant la CIJ. Celle ci a été créée après la Seconde Guerre mondiale pour régler les différends entre Etats, mais n'a pas de moyen pour, le cas échéant, contraindre à l'application de ses arrêts.La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) -- une juridiction distincte de la CIJ -- a ouvert en septembre 2018 un examen préliminaire concernant la déportation présumée des Rohingyas par la Birmanie vers le Bangladesh, mais aucune accusation n'a encore été déposée.