Somalie: deux soldats de la force africaine tués dans une attaque suicide

30 mai 2011 à 17h08 par La rédaction

MOGADISCIO (AFP)

Deux soldats ougandais de la Force africaine en Somalie (Amisom) ont été tués lundi à Mogadiscio lors d'une attaque suicide dans laquelle ont péri au moins trois des assaillants, a annoncé l'Amisom.

Les assaillants, revêtus d'uniformes de l'armée régulière somalienne, ont tenté de pénétrer dans la base militaire de Shakala (sud de la capitale), et un échange de tirs s'en est suivi avec les soldats de garde, précise le communiqué de l'Amisom.

"Trois assaillants ont été tués", indique la force de l'Union africaine."Pendant cette attaque, l'Amisom a perdu deux soldats et un autre a été blessé.Trois autres (soldats), ainsi qu'un soldat de (la milice pro-gouvernementale) Ahlu Sunna ont été blessés dans l'explosion d'un des kamikazes", qui a fait sauter sa ceinture d'explosifs, toujours selon le communiqué.

Quatre assaillants, membres présumés de la milice islamiste shebab, ont mené cette attaque, a précisé un responsable des services de sécurité somalien."Deux des kamikazes ont été tués avant d'entrer dans le bâtiment, mais un d'eux a pu déclencher ses explosifs", a indiqué à l'AFP ce responsable, Mohamed Abdulahi.

Les assaillants "ont ouvert le feu sur les soldats ougandais de la base de Shakala, et quelques minutes après ces échanges de tir, une forte explosion a retenti", a rapporté à l'AFP un témoin, Ibrahim Idle."J'ai vu les corps de trois personnes, dont celui d'un des assaillants", a-t-il poursuivi.

Des responsables shebab et des combattants étrangers d'Al-Qaïda installés en Somalie avaient annoncé à la mi-mai leur intention de "venger très bientôt la mort de (leur) chef Oussama Ben Laden", tué dans une opération des forces spéciales américaines le 2 mai au Pakistan.

La police somalienne avait ensuite confirmé avoir eu vent de la préparation d'une série d'attentats suicide à Mogadiscio.

Les shebab, qui ont fait allégeance à Al-Qaïda en 2010, contrôlent l'essentiel du centre-sud de la Somalie et une partie de Mogadiscio.Ils ont toutefois subi plusieurs revers à Mogadiscio et dans le sud-ouest, à la faveur d'une vaste offensive lancée par les forces pro-gouvernementales depuis la fin février et appuyée par l'Amisom, forte de près de 9.000 hommes, originaires de l'Ouganda ou du Burundi.