Soudan: les combats empêchent de meilleures relations avec les Etats-Unis

Par La rédaction

KHARTOUM (AFP) - (AFP)

L'envoyé américain au Soudan a déclaré mercredi que les conflits au Nil Bleu et au Kordofan-Sud étaient des obstacles à l'amélioration des relations bilatérales que Khartoum appelle de ses voeux.

"Nous voulons toujours progresser sur la voie de la normalisation" des relations entre les Etats-Unis et le Soudan, a déclaré à la presse Princeton Lyman, à l'issue d'une rencontre avec le ministre soudanais des Affaires étrangères Ali Ahmed Karti.

"Mais clairement quand vous avez une situation comme celle du Kordofan-Sud et du Nil Bleu, cela crée un obstacle", a-t-il dit, ajoutant que le conflit avait engendré de "graves problèmes", notamment des violations des droits de l'Homme et une crise humanitaire.

Débutés vendredi, les combats, incluant des raids aériens, se poursuivaient mercredi dans huit localités, notamment à Damazin, la capitale du Nil Bleu, selon le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha).

M. Lyman a jugé "extrêmement important" que les deux parties autorisent l'accès des agences humanitaires."Nous ne devrions pas attendre dans cette crise humanitaire (...).Nous pensons que c'est extrêmement important et nous espérons que des actions seront décidées à ce sujet", a-t-il dit aux journalistes.

L'Ocha a indiqué mercredi que Khartoum avait empêché des agences d'aide onusiennes et internationales d'entrer dans l'Etat du Nil Bleu, où le déclenchement de combats il y a une semaine a fait au moins 50.000 déplacés.

"Des agences onusiennes et des partenaires humanitaires internationaux (...) ont demandé l'autorisation du gouvernement pour accéder à l'Etat (voisin) du Sennar et à certaines zones sécurisées du Nil Bleu pour évaluer la situation et répondre aux besoins humanitaires", a expliqué l'Ocha dans son communiqué.

"Mais l'accès leur a jusqu'ici été refusé", a-t-il ajouté, précisant qu'au Kordofan-Sud voisin, où les combats durent depuis trois mois, le gouvernement soudanais a tenu à ce que l'aide soit distribuée via des partenaires nationaux, notamment le Croissant-Rouge soudanais.

Sur le plan politique, M. Lyman a jugé la situation "très dangereuse" car "les deux parties ne se parlent pas".Il a estimé que le gouvernement devrait engager des discussions avec la branche nord du SPLM ( Mouvement populaire de libération du Soudan), proche des ex-rebelles sudistes, qu'il a décrit comme un "parti politique majeur au Soudan.

Les autorités soudanaises ont déclaré vendredi l'état d'urgence au Nil Bleu et remplacé le gouverneur élu Malik Agar, chef de la branche nord du SPLM, par un gouverneur militaire, le général Yahia Mohammed Kheir.

Les premiers combats avaient éclaté dans la nuit de jeudi à vendredi à Damazin et se sont rapidement étendus à d'autres villes, faisant du Nil Bleu le troisième foyer de violences parmi les Etats frontaliers du Soudan du Sud, indépendant depuis le 9 juillet, après Abyei et le Kordofan-Sud.