Soudan: signature d'un accord de sécurité entre Khartoum et un groupe rebelle Le gouvernement signe un é gpuverneen

Par AFP

AFRICA RADIO

Le gouvernement soudanais a signé un accord de sécurité avec un groupe armé qui prévoit notamment l'intégration des rebelles de cette organisation au sein de l'armée soudanaise dans un peu plus de trois ans, selon un communiqué publié mardi.

L'accord a été signé par le gouvernement qui dirige le pays depuis la chute de l'autocrate Omar al-Bechir, et par Mouvement populaire du Soudan-Nord (SPLA-N)de Malik Agar, présent les Etats du Kordofan-sud et au Nil Bleu.La délégation gouvernementale affirme avoir signé un accord initial avec le SPLA-N e Malik Agar, dans un communiqué mardi."Nous avancions avec confiance sur la voie d'une paix globale avec tous les groupes rebelles qui négocient à Juba", affirme le communiqué, cité par l'agence Suna."Le gouvernement réaffirme sa position que seule une solution pacifique et négociée avec nos partenaires des groupes armés est la voie vers la paix indispensable pour la securité et la stabilité du pays", ajoute communiqué.Cette intégration doit se faire en trois étapes à l'issue desquelles le SPLA-N sera totalement démantelé et ses unités déployées au sein de l'armée sur tout le territoire."Le Conseil de défense et de sécurité (la plus haute instance défense) doit établir un plan général pour reformer, moderniser et développer l'armée soudanaise, le Conseil de souveraineté et le cabinet doit suivre sa mise en application et doit fournir les fonds et les moyens et le parlement devra contrôler le processus", assure le texte.Cité par l'agence SUNA, le ministre de soudanais de la Défense, le général Yassine Ibrahim, a souhaité que "cet accord puisse encourager les autres groupes rebelles à rejoindre le processus de paix".La sécurité est un des six volets de l'accord général qui doit être signé entre Khartoum et les groupes rebelles, avec notamment "le partage du pouvoir et des richesses, le retour des déplacés.Les négociations entre Khartoum et les mouvements rebelles ont commencé en septembre 2019.Quatre mouvements rebelles du Darfour, du Kordofan-Sud et du Nil Bleu sont engagés dans le processus et deux refusent d'en faire parie pour le moment.Dans un communiqué publié lundi, Tutkew Gatluak, chef des médiateurs et conseiller du président du Soudan du Sud Salva Kiir, avait annoncé qu'un accord global entre le gouvernement soudanais et quatre mouvements rebelles du Darfour, du Kordofan-Sud et du Nil Bleu serait signé le 28 août.