Tchad: des radios cessent d'émettre après l'arrestation de journalistes et opposants

Par AFP

AFRICA RADIO

Des radios privées au Tchad ont cessé d'émettre mardi pour protester contre l'arrestation récente de trente personnes, dont des journalistes et des opposants, dans les locaux d'une station, a indiqué à l'AFP le président de leur syndicat.

Des policiers avaient pénétré de force vendredi dans les locaux de la radio FM Liberté, un média à la pointe de la défense des droits humains au Tchad, pour arrêter un membre du Forum citoyen, une coalition de partis politiques et d'associations de l'opposition interdite par le régime du président Idriss Déby Itno, qui dirige le pays d'une main de fer depuis exactement 30 ans.Trente personnes avaient été interpellées, dont des journalistes, et retenues toute la journée dans les locaux des renseignements généraux avant d'être libérées vendredi soir.Le membre du Forum citoyen et deux de ses proches sont toujours en détention à ce jour, poursuivis notamment pour troubles à l'ordre public."Une soixantaine de radios membres de l'Union des radios privées du Tchad (URPT) observent scrupuleusement l'appel d'une journée sans radio, tant à N'Djamena que dans les provinces, pour dénoncer les agissements des forces de l'ordre", a affirmé mardi à l'AFP Mekondo Sony, le président de ce syndicat, qui avait demandé à ses membres de ne plus émettre de 01h00 à minuit mardi.La dizaine de radios membres de l'URPT qui diffusent à N'Djamena et ses environs ont effectivement cessé d'émettre, rapporte un journaliste de l'AFP dans la capitale."Les radios et les télévisions privées ont une obligation de neutralité, et n'ont pas vocation à encourager ou abriter des manifestations interdites", avait commenté lundi Chérif Mahamat Zene, porte-parole du gouvernement, tout en critiquant des "journalistes-activistes servant de relais aux organisateurs du soi-disant Forum national". Cette journée sans radio survient en pleine Journée de la Liberté et de la Démocratie au Tchad, un jour férié durant lequel on célèbre le 30ème anniversaire du coup d'État contre l'ancien président Hissène Habré et l'arrivée au pouvoir d'Idriss Déby, le 1er décembre 1990.